bien / mal - place de l'adverbe

Discussion in 'Français Seulement' started by Vive la France!!, Apr 20, 2008.

  1. Vive la France!!

    Vive la France!! Senior Member

    maltais - Malte
    Bonjour à tous

    Ce qui me pose des problèmes c'est l'adverbe bien. Par exemple;

    Est-ce qu'on dit;

    Bien parler le français ou

    Parler bien le français?

    MERCI D'AVANCE

    Note des modérateurs : Plusieurs fils ont été fusionnés pour créer celui-ci.
     
    Last edited by a moderator: Oct 31, 2012
  2. jierbe31 Senior Member

    Midi-Pyrénées
    French from France
    Bonjour,

    Je privilégie la première formule "bien parler le français" car l'adverbe se place le plus souvent avant le verbe.
    Il me semble que la seconde formule peut se dire aussi mais je n'en suis pas sûr et, personnellement, je ne l'emploierais pas.
     
  3. mosmar Junior Member

    Iran persion
    Hi everybody,

    "Je crois que je peux profiter bien de ce site."

    Est-ce que je peux dire :"Je crois que je peux en profiter bien"

    Merci d'avance.
     
  4. doublelyon

    doublelyon Senior Member

    FRANCE
    rather:
    je crois que je peux bien en profiter.
     
  5. HijaDeChango Senior Member

    London
    england. English
    Bonjour à tous.
    J'ai mal de comprendre pourquoi on dit

    nous nous amusons bien
    MAIS
    nous nous sommes bien amusés

    il se débrouille bien
    MAIS
    il s'est bien débrouillé

    y a-t-il un regle qu'explique tous ça??

    merci d'avance
    HdC
     
  6. CapnPrep Senior Member

    France
    AmE
    Il n'y a pas vraiment de règle, mais un petit nombre d'adverbes et de pronoms préfèrent se mettre à gauche du participe passé (et de l'infinitif). Il s'agit des mots bien, mal, tout, rien, plus, moins, beaucoup, assez, trop (avec des tendances plus ou moins fortes, et ils peuvent toujours passer après le verbe pour donner un effet d'insistance ou de contraste).
     
  7. gvergara

    gvergara Senior Member

    Santiago, Chile
    Español
    Salut :

    Regardez la phrase suivante

    Apparement, il était décontenancé que je sache si bien parler français.

    Je voudrais savoir si c'est possible de mettre le groupe adverbial si bien en fin de phrase (... que je sache parler français si bien); d'après moi, c'est bien, avant un infinitif, a pour fonction de mettre en relief l'infinitif qu'il modifie (ou quelque chose de semblable), tandis que lorsqu'on le met après l'infinitif, il a pour rôle d'être un adverbe de manière. Merci d'avance ;)

    Gonzalo
     
  8. Alphonse326

    Alphonse326 Junior Member

    Normandie
    french
    Bonjour,

    à mon avis les deux se disent et ont un sens équivalent.
    Une légère nuance, "si bien parler français" félicite la personne de s'exprimer couramment tandis que "parler français si bien" sous-entend un amour de la langue (choix des mots, respect scrupuleux des règles de syntaxe, ...)
     
  9. Mout Senior Member

    French
    Apparement, il était décontenancé que je sache parler si bien le français.
     
  10. marget Senior Member

    Si un étudiant (débutant) dit "J'ai mangé bien" est-ce correct/acceptable ?
     
  11. dorisd New Member

    Non. En termes syntaxiques, ce n'est pas une faute mais ... ça ne correspond pas du tout à l'usage et le sens n'en serait pas clair.

    La langue française n'échappe aux expressions figées et on peut dire que : «j'ai bien mangé » en est une, à tout le moins au Québec où il est fréquent que le serveur, à la fin d'un repas, demande au client :« Avez-vous bien mangé ? ». L'adverbe «bien» dans la formule figée (J'ai bien mangé) signifie que la nourriture était à la fois de bonne qualité et en quantité suffisante.

    L'expression : «J'ai mangé bien» ne pourrait vouloir dire qu'autre chose, mais quoi ?
    À la limite,«j'ai mangé bien» pourrait signifier que mon comportement à table répondait aux normes de bienséance... Bref, une expression à éviter mais qu'on comprendra bien sûr dans une situation où le français n'est pas votre langue maternelle.
     
  12. Resa Reader Senior Member

    A mon avis, la règle est assez simple:

    1. Au présent: On place l'adverbe normalement après le verb.

    <Je mange (toujours) bien.>
    <Il s'amuse bien.>

    2. Au passé composé: On place l'adverbe normalement entre l'auxiliaire
    et le participe passé.

    <J'ai bien mangé.>
    <Il s'est bien amusé.>

    3. Avec un infinitf: On place l'adverbe avant l'infinitif.

    <Je vais bien m'amuser.>
    <Pour bien parler l'angalis, tu devrais .....>
     
  13. nasti Senior Member

    Pologne
    Polish
    Bonjour :)

    Pourriez-vous m'expliquer la différence entre les 2 phrases :

    Elle a très bien dansé. et
    Elle a dansé très bien.
    ?

    Y a-t-il une différence de sens de ces 2 phrases ?

    Merci pour votre aide :):):)
    Bonnes fêtes de fin d'année !
     
  14. matoupaschat

    matoupaschat Senior Member

    Liège, Belgium
    Français (Belgique)
    Non, il n'y a pas de différence de sens. Simplement, on ne dit que "Elle a très bien dansé".

    Merci. Bonnes fêtes de fin d'année à vous aussi !
     
    Last edited: Dec 27, 2011
  15. Aoyama Senior Member

    川崎市、巴里 (黎)
    仏(佛)法語צרפתית Clodoaldien
    peut-être pas vraiment ... Les deux se disent, mais c'est vrai que "elle a dansé très bien" est plus "parlé".
     
  16. matoupaschat

    matoupaschat Senior Member

    Liège, Belgium
    Français (Belgique)
    Oui, désolé! Moi, je ne le dis pas, mais c'est vrai que cela se dit :D.
     
    Last edited: Dec 27, 2011
  17. nasti Senior Member

    Pologne
    Polish
    Merci beaucoup pour les explications :).
     
  18. janpol

    janpol Senior Member

    France
    France - français
    avant, après...
    Tu devras bien parler le français
    Là encore, on peut rencontrer des régionalismes :
    j'ai souvent entendu dans le S.E. (cf jeu de pétanque) : "en bien pointant, tu peux reprendre le point"
    je pense que partout ailleurs on dit "en pointant bien"
     
    Last edited: Dec 30, 2011
  19. Oùqui New Member

    PA, USA
    English - USA
    Salut à tous!

    C'est ma première fois de poser une question ici. Je sens une bonne mélange de sentiment de l'enthousiasme et de crainte, franchement dit.

    Cela dit, sur un site canadien en français qui explique le grammaire du français, j'ai trouvé une phrase qui se dit comme celle-ci: L'adverbe bien se place devant l'infinitif.

    Quant au grammaire du français, je n'ai pas appris vraiment un cas où l'on place l'adverbe devant le verbe même conjugué au présent.

    J'ai l'impression que l'adverbe "bien" dans cette phrase ci-dessus est au fait utilisé dans un sens explétif. Mais même les exemples qui utilise "bien" dans ce sens donnés sur wiki s'appuient sur le placement conventionnel de l'adverbe, donc toujours après le verbe conjugué.

    Quand je le dis à voix haute, ça ne me frappe pas si étrange, mais je sais que ma connaissance en français peut être assez limité de juger si cette phrase est en effet toute naturelle en français, donc voilà je cherche pour vos aides.

    Dans le même esprit, je veux vous poser deux autres questions aussi sur leurs conformités:

    Ils mal parlent français.
    Ils bien parlent français.

    Merci d'avance de vos conseils!
     
  20. Comtois Senior Member

    France
    Français
    Bienvenue parmi nous, Oùqui.

    Avec l'infinitif, la règle n'est pas absolue. Par exemple : Il est difficile de bien parler français, mais il est facile de le parler mal. (Mais on pourrait aussi dire de mal le parler.)
    Je n'ai pas le temps d'approfondir, mais j'espère y revenir.

    On ne dit jamais ils mal parlent ; toujours ils parlent mal (ou bien).
     
  21. Oùqui New Member

    PA, USA
    English - USA
    Merci pour votre clarification! Je suis tout d'accord avec vous sur la règle avec l'infinitif. Quant à la première phrase de question, j'avais pensé que cela se disait: l'adverbe (n'importe lequel) bien (en fonctionnant comme un adverbe effectif dans cette phrase-ci) se place devant l'infinitif.

    Donc je l'ai comprise dans le sens que j'aurais pu justement dire, l'adverbe se place bien devant l'infinitif. Mais en réfléchissant à nouveau, je vois qu'en faite cette phrase voulais dire l'adverbe (de, qui s'appelle) "bien" se place devant l'infinitif.

    Donc si je comprends bien maintenant, la question ultime a disparu, donc je suis content mais en même temps me suis ridiculisé d'avoir commencé à mon activité sur ce site avec une question nulle! :idea:
     
  22. prinver Senior Member

    néerlandais
    Toujours concernant la place de "mal" et "bien", je crois qu'avec un verbe conjugué au passé composé, ces adverbes se mettent entre l'aux. avoir et le participe passé : "Il m'a mal regardé"/ Il m'a mal parlé/ il m'a mal écrit ( sur facebook par ex.)/ il m'a mal répondu..
    Je me demande si ce que je suggère est correct, merci d'avance de vos réponses.
     
  23. anasabidi Senior Member

    arabe
    Bonjour, tout le monde
    tomber bien / mal - avoir lieu au bon, mauvais moment ou arriver au bon moment .
    hier j'ai écouté dans un débat "tu es mal tombé" c'est juste
    Merci
     
  24. Maître Capello

    Maître Capello Mod et ratures

    Suisse romande
    French – Switzerland
    Oui, c'est correct. :) Aux temps composés, l'adverbe se met très souvent entre l'auxiliaire et le participe passé.

    Tu tombes mal.
    Tu es mal tombé.
     
  25. anasabidi Senior Member

    arabe
    merci beaucoup
     
  26. DonSfx New Member

    Arabic
    Bonsoir les amis francophones,
    Est-ce qu'on dit:

    Elle s'est bien faite entendre.
    ou
    Elle s'est faite bien entendre.

    Merci.
     
  27. Micia93

    Micia93 Senior Member

    in the center of France
    FRANCE FRENCH
    Bienvenue DonStx :)

    "elle s'est bien fait entendre" ("fait" not "faite") sonne beaucoup mieux.
     
  28. Maître Capello

    Maître Capello Mod et ratures

    Suisse romande
    French – Switzerland
    Mais pour la place de l'adverbe, on a le choix. :)

    Elle s'est bien fait entendre.
    Elle s'est fait bien entendre.
     
    Last edited: Apr 17, 2015
  29. tilt

    tilt Senior Member

    Nord-Isère, France
    French French
    Mais il y a une nuance de sens, selon la place de l'adverbe, non ?

    Elle s'est bien fait entendre -> Bien se rapporte à faire.
    Elle s'est fait bien entendre
    -> Bien se rapporte à entendre.
     
  30. Micia93

    Micia93 Senior Member

    in the center of France
    FRANCE FRENCH
    Dans l'absolu, tu as raison, mais n'est-ce pas un peu trop subtil, là?
     
  31. Maître Capello

    Maître Capello Mod et ratures

    Suisse romande
    French – Switzerland
    Je suis d'accord avec Micia : je ne vois pas une grande différence… Quelle nuance vois-tu, Tilt ?
     
  32. tilt

    tilt Senior Member

    Nord-Isère, France
    French French
    Il se trouve que bien se faire entendre et se faire bien entendre ont un sens très proche, mais d'un point de vue grammatical, la nuance n'est pas si subtile que ça.
    Prenons la négation de ces phrases : Elle ne s'est pas bien fait entendre et Elle ne s'est pas fait bien entendre. La différence de sens devient nettement plus évidente, alors. Non ?
     
    Last edited: Apr 17, 2015
  33. Micia93

    Micia93 Senior Member

    in the center of France
    FRANCE FRENCH
    pour moi, non! :D
     
  34. Maître Capello

    Maître Capello Mod et ratures

    Suisse romande
    French – Switzerland
    Mais concrètement, quelle différence fais-tu exactement, Tilt ? Dans quels cas emploierais-tu l'une plutôt que l'autre ?
     
  35. tilt

    tilt Senior Member

    Nord-Isère, France
    French French
    Dans Elle [s'est / ne s'est pas] bien fait entendre, l'expression est se faire entendre, c'est à dire s'exprimer.
    Elle ne s'est pas bien fait entendre
    signifie qu'elle ne s'est pas assez ou mal exprimée.

    Dans Elle [s'est / ne s'est pas] fait bien entendre, l'expression est se faire bien entendre, c'est à dire s'assurer qu'on a été compris.
    Elle ne s'est pas fait bien entendre signifie qu'elle n'a pas été comprise, peut-être parce qu'elle ne s'est pas assez ou mal exprimée, mais pas forcément.

    C'est en tout cas comme ça que je ressens ces phrases.
    Est-ce que je me suis fais bien entendre, cette fois-ci ? :D
     
  36. Maître Capello

    Maître Capello Mod et ratures

    Suisse romande
    French – Switzerland
    Bah, oui, mais pour moi c'est bonnet blanc et blanc bonnet… :p
     
  37. Micia93

    Micia93 Senior Member

    in the center of France
    FRANCE FRENCH
    Egalement pour moi, et je crains que ce genre de tergiversations ne risque d'embrouiller les non-natifs :(
     
  38. tilt

    tilt Senior Member

    Nord-Isère, France
    French French
    J'admets que dans l'exemple présent, la nuance de sens est assez légère. Mais nous sommes dans un fil traitant de la place de l'adverbe dans la phrase en général, pas dans l'expression se faire entendre. Il m'a donc semblé important de signaler qu'ici, grammaticalement parlant, l'adverbe ne se rattache pas au même verbe selon qu'il est mis avant ou après faire. Avec d'autres verbes, la différence de sens pourra être nettement plus marquée, comme par exemple, entre bien se faire voir et se faire bien voir. ​On ne peut donc pas placer l'adverbe au hasard !
     
    Last edited: Apr 17, 2015
  39. Roméo31

    Roméo31 Senior Member

    Région parisienne
    français - France
    En principe, les adverbes autres que ceux de temps et de lieu (comme bien) peuvent être placés avant ou après l'infinitif.

    Le bon usage
    constate toutefois que, dans la langue ordinaire, on préfère placer avant l'infinitif les adverbes de degré courts, comme bien.
    Ex. : Il fait tout pour bien réussir. Il aime bien danser. Elle nous fait bien rire.

    Dans la langue littéraire, on constate plus de liberté avec l'antéposition et la postposition de l'adverbe bien.

    Cas particuliers :

    * Vouloir bien et bien vouloir

    Dans l'administration, il était d’usage de distinguer entre les deux formules : vouloir bien convenait dans les relations de supérieur à subalterne et bien vouloir était de rigueur dans les relations d’inférieur à supérieur (cf. R. Catherine, Le style administratif, A. Michel, 1996, p. 32-33) ou d'égal à égal. Cette distinction est pratiquement tombée en désuétude, contrairement à ce que laisse accroire la dernière édition du Bon usage. En revanche, elle semble encore de mise chez les militaires. (Ce point a déjà été abordé ici.)

    * Bien faire et laisser dire (proverbe).

    Etc.
     
  40. Maître Capello

    Maître Capello Mod et ratures

    Suisse romande
    French – Switzerland
    Je n'en vois pas vraiment non plus dans cet exemple-là… :eek: La raison en est sans doute que se faire n'est ici qu'un semi-auxiliaire factitif. On a d'ailleurs un phénomène similaire avec les semi-auxiliaires modaux :

    Avec cet argent, je vais bien pouvoir m'habiller.
    Avec cet argent, je vais pouvoir bien m'habiller.
     
  41. tilt

    tilt Senior Member

    Nord-Isère, France
    French French
    Eh bien je vois une différence de sens dans cet exemple aussi ! :rolleyes:
    Mais passons, c'est un débat qui finalement dépasse le cadre de ce fil et n'a pas tant d'importance que ça ! :D
     
  42. volo

    volo Senior Member

    Ontario, Canada
    français
    Bonsoir à tous,


    J’arrive un peu après la bataille (ce qui est normal vu mon âge :D), mais j’aimerais quand même ajouter, dans le cadre de la discussion portant sur la place de l’adverve "bien" par rapport au verbe « vouloir », que les militaires en font une distinction assez nette (Salut Roméo :), tu as complètement raison).

    Comme signalé dans le « Mémento de correspondance militaire à l’usage de l’officier d’état-major » datant de 2007-2008, page 58, « la formule très impérative "vouloir bien" doit être réservée aux correspondances signées personnellement par une autorité ; elle n’est pas directement associée à la locution « j’ai l’honneur de... ».

    Pour tous les autres cas où il y a nécessité de faire connaître un fait ou une idée, adresser une demande ou une proposition, que ce soit dans une correspondance de supérieur à subalterne, de subalterne à supérieur ou d’égal à égal, les militaires sont tenus d’utiliser la formulation « bien vouloir ».

    Par exemple, dans le corps d’une lettre adressée par le général de division X… commandant l’école d’état-major à Monsieur l’amiral attaché de défense près l’Ambassade de France, on trouve la formule suivante :

    « J’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir autoriser le colonel B… à venir prononcer cette conférence à Compiègne. »
     
    Last edited: May 13, 2015

Share This Page