bien que + mode (subjonctif / indicatif / conditionnel)

Discussion in 'Français Seulement' started by smila2, Nov 19, 2007.

  1. smila2 Junior Member

    Switzerland and French
    Bonjour!

    J'aurais voulu savoir dans quels cas "bien que" est suivi du subjonctif et dans quel cas il est suivi de l'indicatif.

    Je pose cette question car je corrige un texte dont voici l'une des phrases "Bien que des réformes législatives ont eu lieu dans certains pays,... etc".
    Spontanément, j'aurais utilisé le subjonctif mais je doute...

    Merci pour votre réponse.

    Note de la modération : nous avons fusionné plusieurs discussions pour créer ce fil.
     
    Last edited: Sep 3, 2009
  2. tie-break Senior Member

    D'après ce que je sais, après "bien que", le verbe qui suit se met toujours au subjonctif.
     
  3. Maître Capello

    Maître Capello Mod et ratures

    Suisse romande
    French – Switzerland
    :thumbsup: C'est bien ça !
     
  4. bibite Senior Member

    Canada
    français
    Bonjour à vous tous,

    Bien que + subjonctif

    Dans le dictionnaire Antidote, on permet, dans certains cas, l’impératif ou le conditionnel.

    Voici l’extrait : Mode bien que : C’est le mode subjonctif qui est normalement demandé par la locution ben que, mais certains grammairiens justifient l’emploi de l’indicatif (pour souligner la réalité d’un fait) ou conditionnel (pour en marquer l’éventualité).

    D’après vous, est-ce une nouvelle règle? Quelqu'un aurait-il un exemple où l'indicatif est justifié?:confused:
    Bibite
     
  5. geostan

    geostan Senior Member

    English Canada
    On trouve parfois l'imparfait après bien que. Cela ne m'étonnerait pas de voir un exemple comme celui-ci:

    Bien qu'il pleuvait très fort, j'ai décidé de rentrer au lieu de descendre dans un hôtel.

    Selon la règle, on devrait dire: Bien qu'il pleuve...

    En ce qui concerne le conditionnel, ne peut-on pas dire, par exemple:

    Bien qu'il pourrait (ou puisse) se tromper, je suis prêt à l'appuyer. La nuance est sans doute légèrement différente.

    C'est à tes compatriotes de dire si j'ai raison ou pas.:D

    Cheers!

    C'est ma mémoire qui fonctionne maintenant. Je n'ai pas de livre que je pourrais/puisse consulter.
     
    Last edited: Nov 20, 2011
  6. Loisalvar

    Loisalvar New Member

    Paris V, France
    France, French
    Oui, d'où la difficulté d'employer "bien que" dans un autre contexte que le présent.
    Mais j'ai beau me creuser les méninges, je ne vois aucune situation ou l'infinitif pourrait être utilisé.
     
  7. tie-break Senior Member

    Mais si l'action se déroule dans le passé (comme dans cet exemple) pourquoi un subjonctif présent ? :confused: :confused: :confused:

    Pour une action dans le passé : "Bien qu'il plût très fort, j'ai décidé de rentrer..." serait-il correct ?

    Sinon, pour une action dans le présent : "bien qu'il pleuve très fort, je décide de rentrer (et non pas j'ai décidé) il me semble...

    Que dites-vous ? :confused:
     
  8. Anne345 Senior Member

    France
    Avec l'indicatif, il y a évidemment tous les cas où il ne s'agit pas de la locution conjonctive bien que, mais de l'adverbe bien : Je vois bien que tu n'as pas fini ton travail
    et aussi
    "Des expressions comme Le malheur (ou Le hasard) voulut que, Je veux bien que, etc. expriment souvent la simple constatation d’un fait ; elles se construisent alors souvent avec l’indicatif. : Je veux donc bien que toute règle de justice est vaine si l’on n’aime point (Alain, Propos)" (Grevisse)
     
  9. Maître Capello

    Maître Capello Mod et ratures

    Suisse romande
    French – Switzerland
    Selon Grevisse :
     
  10. saintnicolas New Member

    Belgium, French
    Bien qu'écrire ici soit accessible à tous, ne nous accordons pas la liberté de massacrer cette langue alors qu'en réalité, nous ne faisons pas l'effort d' en retenir les règles !
    Bien qu'ayant eu difficile, comme vous tous, à en acquérir quelques nuances, je ne me permettrais pas d'en faire un nouveau pidgin au nom de mon ignorance.
    Le français est ma langue usuelle et non maternelle.
    (Bien que naître en Belgique vous laisse une chance sur trois :) ).

    J'admire l'intérêt que vous manifestez tous, réunis ici dans ce but.
    Merci d'être si
    instructifs et si attentifs .
     
  11. Splink Senior Member

    Anglais/English
    Voila un exemple. Mon prof à la fac m'a corrigé la phrase suivante (il est hispanophone d'origine):


    Qu'en pensez-vous?
     
  12. quinoa Senior Member

    french
    Après "bien que" le subjonctif est de rigueur :
    bien qu'ils se fassent remarquer
    bien qu'ils se soient fait remarquer
     
  13. Bonjour à tous
    C'est toujours avec subjonctif
    Bien qu'il fasse beaucoup d'efforts , il est peu récompensé.
     
  14. 3bien Senior Member

    Arabe/Allemand
    Bonjour/bonsoir tout le monde!

    Je sais qu'après "bien que/quoique" il faut employer le subjonctif, mais comment l'employer dans cette phrase?

    Je t'avais prévenu de mon arrivé, mais tu n'as pas laissé la porte ouverte.

    Bien que je t'eusse prévenu????? :eek: Je la trouve trop bizarre!
    Est-ce qu'on garde l'indicatif pour le plus-que-parfait?

    Merci de vos réponses!
     
  15. Maître Capello

    Maître Capello Mod et ratures

    Suisse romande
    French – Switzerland
    Il suffit d'employer le subjonctif passé. :)

    Bien que je t'aie prévenu de mon arrivée, tu n'as pas laissé la porte ouverte.
     
  16. 3bien Senior Member

    Arabe/Allemand
    Oh quelle bonne d'idée! :D

    Merci bien Maître Capello!!
     
  17. TitTornade

    TitTornade Senior Member

    Bonjour,
    Lequel vous paraît le plus correct :
    "Bien que les enfants ont réussi leur exercice, ils n'ont pas été recompensés."
    "Bien que les enfants aient réussi leur exercice, ils n'ont pas été recompensés." ?
     
  18. Maître Capello

    Maître Capello Mod et ratures

    Suisse romande
    French – Switzerland
    La seconde sans hésiter. Le subjonctif ne posant aucun problème particulier, c'est ce mode-là qu'il faut employer.

    Bien que les enfants aient réussi leur exercice, ils n'ont pas été récompensés.
     
  19. TitTornade

    TitTornade Senior Member

    Merci pour la réponse !

    C'est étrange, la première proposition ne me semblait pas du tout fautive... J'ai failli corriger un rapport par cette proposition... la fatigue sans doute... :(

    On peut l'entendre à l'oral, cependant, non ?
    Vu que l'exercice est réellement réussi, l'indicatif me paraissait tout aussi naturel.
     
  20. itka Senior Member

    France
    français
    Nan, nan, Lil'Tornado !;) Bien sûr qu'on l'entend à l'oral...:eek: Que n'entend-on pas !
    Mais si tu cherches du français correct, aucun doute n'est permis, il te faut un subjonctif.
     
  21. Nanon

    Nanon Senior Member

    Entre Paris et Lisbonne
    français (France)
    Bien qu'on puisse l'entendre à l'oral, je doute qu'on l'entende beaucoup à l'écrit :D. Et si on l'écrit, ce sera sans doute une stylisation, une imitation de l'oral...
    Bon, je sais, je ne suis pas gentille : je m'effacerai s'il le faut... :p
     
  22. torturatierna New Member

    French - France
    "Bien qu'il pleuvait très fort, j'ai décidé de rentrer au lieu de descendre dans un hôtel.
    Selon la règle, on devrait dire: Bien qu'il pleuve..."

    Si je puis me permettre je ne suis pas d'accord avec cela. Je pense que l'emploi du subjonctif après la locution bien que est obligatoire si l'on respecte strictement les règles grammaticales.

    Si bien évidemment "bien qu'il pleuve" est correct, il ne s'agit pas de la correction de la phrase " bien qu'il pleuvait*", qui devrait être selon moi "bien qu'il plût" c'est à dire le subjonctif imparfait, temps très peu usité aujourd'hui en français et qui devient donc de plus en plus étrange pour nos oreilles et nos yeux! D'où le reflex évident de revenir à "bien qu'il pleuve" puisque nous utilisons le subjonctif présent pour du passé de manière ordinaire... néanmoins incorrecte pour un puriste!

    :)
     
  23. Jpicot1 Junior Member

    Versailles
    français - France
    Bonjour,

    La locution conjonctive bien que doit être obligatoirement suivie du subjonctif (présent, passé, imparfait ou plus-que-parfait, selon la phrase).
    Elle peut aussi être suivie d'un participe présent ou passé.
     
  24. rimrim11177 New Member

    french arabic englsh and few of spanich
    elle va oublie ses cles si bien qu'elle va certainement revenir je veux savoir si ma phrase est juste ou pas
     
  25. nicduf

    nicduf Senior Member

    France (Poitou)
    français
    Bonjour

    Attention, dans votre phrase, vous n"employez pas "bien que" marquant la concession et nécessitant l'emploi du subjonctif mais "si bien que" autre locution conjonctive qui marque , elle, la conséquence et accepte tout à fait l'emploi du mode indicatif. Votre phrase est tout à fait correcte
     
  26. rimrim11177 New Member

    french arabic englsh and few of spanich
    merci pour votre informations vous etiez tres utile pour moi ca m'a beaucoupe aide
    :)

    mais dans les livres de grammaire on cite toujours que si bien que est suivie d'indicatif par contre moi je pensais que c'etait le subjonctif ce n'est pas bizarre que une utilisation populaire est devenue quotidienne dans les regles de la grammaire
    merci
     
    Last edited: May 19, 2011
  27. nicduf

    nicduf Senior Member

    France (Poitou)
    français
    Bonjour,

    L'emploi de l'indicatif après "si bien que" a toujours été une règle de grammaire. Je crois que vous confondez 2 locutions qui se ressemblent mais n'ont pas du tout le même sens et se construisent avec des modes différents :
    -bien que qui marque l'opposition, la concession et qui se construit comme il a été dit dans les autres messages avec le subjonctif.
    exemple : Bien qu'il pleuve(subjonctif), je sors sans prendre de parapluie. (Il y a opposition entre le fait qu'il pleuve et le fait que je ne prenne pas de parapluie pour sortir)

    -si bien que qui marque la conséquence et se construit avec l"indicatif.
    exemple : Je suis sorti sans parapluie si bien que je suis trempé (mode indicatif). le fait d'être trempé est la conséquence, résulte du fait d'être sorti sans parapluie.
    Ce n'est pas l'usage populaire qui en a fait une règle de grammaire.
     
  28. Logospreference-1

    Logospreference-1 Senior Member

    Lutèce
    français
    […] Quoique est toujours suivi du subjonctif. […] Même si est toujours suivi de l'indicatif. Jusque là, en réalité il n'y a encore aucune difficulté.

    Ensuite c'est une pure question d'oreille, selon que l'on entende toujours bien que comme plus proche de quoique ou qu'on l'entende quelquefois comme plus proche de même si. Si l'on en reste là, il n'y a toujours aucune difficulté.

    Aux apprenants du français, pour ne leur faire prendre aucun risque, on conseille toujours d'utiliser toujours le subjonctif après bien que, tout simplement parce que le subjonctif ne sera jamais une faute. Si l'on en reste là, je ne vois toujours aucune difficulté.

    La difficulté surgit si l'on veut faire d'un simple conseil, qui est excellent, une règle, car une telle règle ne pourra qu'être mauvaise. Relisez bien ce que disent Grevisse, H Bonnard et Brunot cités plus haut au post 10.

    La difficulté commence si l'on maintient les roulettes à l'arrière du vélo lorsque l'on sait très bien tenir sur le vélo sans les roulettes.

    S'il nous arrive d'entendre bien que comme plus proche de même si, nous utiliserons dans ce cas fort logiquement, en respectant la grammaire, l'indicatif. Pourquoi faire un problème où il n'y en a pas, puisqu'il n'est pas un problème que même si soit suivi de l'indicatif?

    Si nous entendons toujours bien que comme plus proche de quoique, nous le ferons toujours suivre fort logiquement du subjonctif, je n'y vois pas davantage de problème.

    Là où c'est intéressant de réfléchir, c'est pour expliquer ce superbe subjonctif requis dans tous les cas après quoique, alors que l'indicatif requis après même si s'explique de lui-même. H Bonnard (post 10) est certainement sur la bonne voie lorsqu'il essaie d'expliquer le subjonctif après bien que, mais son explication est à mon avis plus évidente si on l'applique à quoique.
     
    Last edited: May 19, 2011
  29. hockey New Member

    French
    Indicatif ou subjonctif dans cette phrase?

    Bien qu’elle aurait à cultiver les champs avec ses parents lors des récoltes d’août, elle préférait les vacances aux bancs d’école.
     
  30. Maître Capello

    Maître Capello Mod et ratures

    Suisse romande
    French – Switzerland
    S'il s'agit bien d'une narration et que ce conditionnel soit bien un futur dans le passé, j'utiliserais le subjonctif imparfait:

    Bien qu'elle eût à cultiver les champs…

    Si ce temps fait trop littéraire, tu peux employer le conditionnel, au risque de contrarier certains linguistes:

    Bien qu'elle aurait à cultiver les champs…

    Il te reste cependant toujours la solution de remplacer bien que par même si (qui demande l'indicatif):

    Même si elle aurait à cultiver les champs…
     
  31. Astilbe

    Astilbe Senior Member

    Pays-Bas - Netherlands
    French - France
    Moi qui utilise toujours le subjonctif avec "bien que", voilà que j'hésite.
    Mes yeux s'écarquillent d'incrédulité quand j'écris : "bien que j'aie grandi dans un milieu protestant, cette musique a tout de suite eu sur moi un effet bienfaisant"
    Peut-on/doit-on écrire bien que j'ai grandi?

     
  32. Anne345 Senior Member

    France
    Si au pluriel vous écririez bien que nous ayons grandi, n'hésitez pas, conservez ce subjonctif, la véritable forme correcte !
     
  33. michalon Junior Member

    Français
    On peut tourner les phrases autrement :
    Malgré le déluge, j'ai décidé de rentrer ...
    Malgré la réussite de leur exercice, les enfants n'ont pas été recompensés.
     
  34. JeanDeSponde

    JeanDeSponde Senior Member

    France, Lyon area
    France, Français
    Le cas (bizarre) de bien que est encore plus sujet à discussion dans son emploi avec un futur :
    Elle a déjà loué un appartement à Lyon, bien que sa mutation ne sera pas officielle avant le mois prochain.
    Je conçois que, là encore, on puisse tourner la phrase autrement (ne puisse être, etc.); mais pourquoi diable vouloir se compliquer la vie pour respecter un diktat qui n'a rien de naturel...?
    Le problème c'est justement que quoique n'est pas nécessairement suivi du subjonctif.
    Le TLF cite des cas avec l'indicatif ou le futur (Goncourt, Mme de Staël...), et ne réserve le subjonctif que "chez les puristes" ou en langue "soignée" (pas de langue "familière" ici).

    Donc, n'employant pas l'imparfait du subjonctif (je ne suis pas un puriste, quoique pas moins soigné qu'un autre), je suis logique en me réservant le droit de bienquer ou de quoiquer avec d'autres modes que le subjonctif...
     
  35. Maître Capello

    Maître Capello Mod et ratures

    Suisse romande
    French – Switzerland
    Ah bon? :confused: Pour moi, c'est surtout l'emploi du conditionnel que l'on peut discuter (après bien que donc)… Dans ta phrase, je mettrais sans hésiter le subjonctif présent de façon parfaitement naturelle. Cela te choquerait-il vraiment de dire la phrase suivante?

    Elle a déjà loué un appartement à Lyon, bien que sa mutation ne soit pas officielle avant le mois prochain.
     
  36. JeanDeSponde

    JeanDeSponde Senior Member

    France, Lyon area
    France, Français
    Non, le subjonctif présent ne me choque pas du tout - mais le futur me paraît encore plus naturel, puisque l'événement se situe dans l'avenir.
    Comme je le disais, on peut toujours tourner la phrase autrement pour placer un subjonctif - mais pourquoi ne pas faire simple...?
    Un autre exemple qui sera peut-être plus parlant :
    Bien que je deviendrai roi de Belgique à ma majorité, je refuse d'apprendre le néerlandais.
    On peut bien sûr dire devienne, mais cet évitement du futur est un peu forcé.
    Autant supprimer le futur en français - ce qui est tout à fait possible : les vacances sont compromises, car demain les trains sont en grève...
     
  37. LV4-26

    LV4-26 Senior Member

    Qu'est-ce qui est naturel et qu'est-ce qui ne l'est pas ?
    La phrase commençant par bien que je deviendrai me semble très peu naturelle, tout simplement parce que je n'ai jamais entendu de futur après bien que.
    Et l'on passe très aisément d'inhabituel/bizarre à moche.

    De la même façon, beaucoup de gens sont "choqués" de ne pas entendre le subjonctif après après que. Et pourtant....
     
  38. Francois_C New Member

    francais - France
    On ne peut plus guère se fier aux professeurs, même francophones, même d'université, en matière d'orthographe ou de syntaxe. Le vôtre vous a corrigé à tort.

    En latin, etsi, tametsi, quanquam, qui ont le même sens que bien que, quoique, se construisent avec l'indicatif, ce qui est d'ailleurs logique, et il en est peut-être de même en espagnol.
    La règle française n'est pas logique, mais elle est. On la justifie parfois par des sophismes comme de dire que l'opposition est rejeté dans l'irréalité (du conditionnel) par son inefficacité même. Mais il vaut mieux se tenir à l'idée que dans le langage tout est convention;)

    Dans la langue classique (XVIIè S), l'indicatif se trouve encore, en souvenir du latin (et de la logique), et dans les cas ou le sens de bien que se réduit à celui de la conjonction de coordination mais. Je crois l'avoir vu plusieurs fois chez Pascal, mais les exemples ne me reviennent plus.
    En revanche, j'en ai un exemple plus récent chez Anatole France :
    Bien que nous fûmes, mon bon maître et moi, très attentifs à cacher notre surprise, M. d’Astarac la devina
    C'est dans La Rôtisserie de la Reine Pédauque, attribué à un scripteur du XVIIIè siècle, ce qui pourrait expliquer l'application des règles de la syntaxe latine.

    On ne fait jamais de faute en employant le subjonctif. Toutefois, on peut également essayer d'éviter de se placer dans la situation d'avoir à employer des imparfaits ou plus-que-parfaits du subjonctif, comme mes "bons maîtres" à moi me l'ont enseigné. Au lieu d'écrire, comme il serait correct :
    Bien que nous eussions été, mon bon maître et moi, très attentifs à cacher notre surprise, M. d’Astarac la devina
    On pourrait dire :
    Nous fûmes, mon bon maître et moi, très attentifs à cacher notre surprise, mais M. d’Astarac la devina
    Nous fûmes, mon bon maître et moi, très attentifs à cacher notre surprise. Pourtant M. d’Astarac la devina
    Ou Malgré nos efforts...
    Le français est moins friand de subordination que le latin, et on a toujours intérêt à coordonner, juxtaposer et couper les phrases. Voltaire reste un bon modèle de style sur ce point.
     
  39. mgaristova New Member

    russe
    Selon ce que je lis ici les phrases suivantes devraient être correctes:
    Bien que je sache tout je n`ai rien dit. [Je savais tout mais je n'ai rien dit]
    Bien que je veuille le faire, je ne l`ai pas fait. ´[Je voulais le faire mais je ne l'ai pas fait] Commentaire: Je voulais, mais maintenant je ne le veux plus.
    Bien que ce soit impossible je n`ai pas renoncé. [C'était impossible mais je n'ai pas renoncé] Commentaire: Ce n'est plus impossible.
    Qu'en pensez-vous?
     

Share This Page