differt

Discussion in 'Français Seulement' started by totor, Aug 28, 2013.

  1. totor

    totor Senior Member

    Buenos Aires
    Castellano rioplatense
    Ça va, les amis !!!

    Ça fait longtemps que je viens pas vous visiter !

    Je vous apporte aujourd'hui quelque chose dont je peux supposer le sens, mais j'aimerais bien que vous soyez d'accord (ou pas).

    En principe, le terme n'existe pas (bien qu'il apparaît dans mon livre) dans aucun dictionnaire ni page d'internet (au moins toutes celles que j'ai consulté).

    Mon texte dit :

    On a fait allusion aux mères qui donnent sans aucun délai, de façon absolument permanente et itérative, sans jamais laisser d'attente et sans jamais laisser de differt.

    Je comprend le mot en tant que synonyme d'ajournement.

    Est-ce comme ça ?
     
  2. Comtois Senior Member

    France
    Français
    Je n'ai jamais rencontré ce mot, mais je ne vois pas comment le comprendre autrement : il s'agit de la possibilité de différer, je pense, c'est-à-dire de remettre à plus tard.
     
  3. totor

    totor Senior Member

    Buenos Aires
    Castellano rioplatense
    Évidemment c'est comme tu dis, Comtois.

    Ce que je trouve bizarre c'est de ne pas le rencontrer ailleurs, même pas son emploi.

    Merci bien !
     
  4. Logospreference-1

    Logospreference-1 Senior Member

    Lutèce
    français
    Google Livres connaît très bien differt... dans des résultats en latin.
    Mon Belin latin français donne à differre en III, la forme impersonnelle differt « il y a une différence », sens tiré de la forme II, intransitif, « être différent », tandis que le sens le plus répandu à la forme I, transitif, est « remettre, différer ».
    Pourtant, ce site http://www.espacefrancais.com/les-mots-latins-admis-en-francais/#d ne répertorie pas differt parmi les mots latins admis en français.
    S'il ne s'agit pas d'une coquille, j'en suis réduit à présumer :
    - soit un latinisme qui aurait cours dans une autre langue comme l'italien, l'espagnol, l'anglais ou l'allemand, et que l'auteur aurait donc importé via cette langue ;
    - soit un latinisme pratiqué dans certaines disciplines.
     
  5. totor

    totor Senior Member

    Buenos Aires
    Castellano rioplatense
    Il est bien possible que ce soit une coquille, Logos, puisqu'il s'agit d'une conférence et probablement d'une transcription de celle-ci.

    Quoi qu'il en soit, le sens est clair.

    Merci bien à vous deux.
     
  6. Logospreference-1

    Logospreference-1 Senior Member

    Lutèce
    français
    En tapant la première partie de la phrase sur le moteur de recherche de Google Livres, on trouve cette page : http://books.google.fr/books?id=lNg...a=X&ei=8dseUruCLsiY0QWsioGADg&ved=0CDIQ6AEwAA
    C'est un livre, dont le titre est « Le corps dans la neurologie et dans la psychanalyse », un livre qui a un auteur, Jean Bergès, et la présentation qui en est faite parle de « textes réunis dans cet ouvrage », apparemment sous le contrôle, au moins pour l'essentiel, de leur auteur. Certes, s'il s'agit ici de la transcription d'une conférence, nous pouvons être tributaires du soin mis dans cette transcription ou des aléas inhérents aux transcriptions. Mais je pense plutôt à un latinisme propre aux neurosciences ou à la psychanalyse. Le sens d'ajournement demeure l'un des deux sens possibles dans l'hypothèse latine, mais d'une part il me semble doublonner avec celui d'attente, et d'autre part ce que nous apprend le Belin plaide davantage pour le sens d'une différence. Je ne vais pas plus loin.
     
    Last edited: Aug 31, 2013
  7. totor

    totor Senior Member

    Buenos Aires
    Castellano rioplatense
    Le livre que je suis en train de traduire, Logos, est précisement celui-là.

    Je prends note de ce que tu dis, mais pour l'instant, je trouve que le mot a plus à voir avec 'ajournement'.

    À suivre :) .
     
  8. totor

    totor Senior Member

    Buenos Aires
    Castellano rioplatense
    Le mot vient d'apparaître une fois de plus, dans le même livre, ce qui met en doute qu'il s'agisse d'une coquille.

    Mais cette fois, à mon avis ce n'est plus le même sens:

    C'est moi qui ai cet objet, ce n'est pas lui, c'est ma main qui tient cet objet de son choix. Donc, sans aucune hypothèse possible, sans differt, sur le mode de l'imitation aliénante. Le comportement est commandé par celui de l'autre, c'est le mimétisme. Le comportement agressif vient déclencher les gestes agressifs de l'autre. Peut-on dire qu'il les anticipe en les suscitant ?

    (Je m'excuse, le texte n'est pas simple, et je ne sais pas si vous y trouverez son sens.)
     
  9. CapnPrep Senior Member

    France
    AmE
    Et le voici dans un autre ouvrage de la même discipline : Essais d'épistémologie psychanalytique (p. 161). Je pense, comme Comtois, qu'il s'agit d'une substantivation du verbe différer, sur le modèle de transférer ~ transfert.
     
  10. Comtois Senior Member

    France
    Français
    Il me semble que c'est à peu près la même chose que la première fois : ici, c'est sans délibération (donc sans délai). C'est clairement ce qu'indique le contexte : « sans aucune hypothèse possible », « sur le mode de l'imitation aliénante ».
     
  11. totor

    totor Senior Member

    Buenos Aires
    Castellano rioplatense
    Je peux pas trouver la p. 161, mais il est bien possible que ce soit comme vous dites.

    Merci bien, les amis !
     
  12. CapnPrep Senior Member

    France
    AmE
    Je vous cite le contexte :
     
  13. totor

    totor Senior Member

    Buenos Aires
    Castellano rioplatense
    Ah oui, là c'est bien claire qu'il s'agit d'un ajournement.

    Merci, CapnPrep.
     

Share This Page