(être) préoccupé avec / par - préposition

< Previous | Next >
Bonjour,

Je n'ai pas trouvé avec comme préposition suivant préoccupé dans les dictionnaires que j'ai consultés, mais je l'ai trouvé sur des articles de presse, comme, par exemple, aux phrases suivantes :
"On reste préoccupé avec la présence de la pandémie" (La Prénessaye : le Grand Pardon du sanctuaire de Querrien le 13 septembre)
" il est toujours préoccupé avec ses cheveux." (Carrasco toujours préoccupé par ses cheveux, Kompany en tant qu’entraîneur: Dendoncker se livre sur les Diables rouges)

Est-ce que préoccupé avec + nom s'agit d'une structure correcte ? Sinon, ça fait mal aux oreilles de l'entendre dans le cadre d'une conversation informelle ?

Merci d'avance !
 
  • StefKE

    Senior Member
    French - Belgium
    Bonjour,

    Cela ne me paraît en tout cas pas idiomatique. Dans les deux phrases citées en exemple, j'aurais plutôt utilisé la préposition "par".

    Notons que le deuxième article est une interview d'un joueur de foot néerlandophone. Le journaliste aura peut-être retranscrit ses propos sans prendre la peine de corriger la préposition.
     

    Nanon

    Senior Member
    français (France)
    Bonjour,

    Quant au premier article, la préposition ne me paraît pas très bien employée non plus. La phrase continue ainsi :
    On reste préoccupé avec la présence de la pandémie, mais serein avec l’expérience heureuse du Pardon du 15 août dernier. Source (cf. supra) : La Prénessaye : le Grand Pardon du sanctuaire de Querrien le 13 septembre
    Ni préoccupé avec ni serein avec ne sont vraiment bien construits. Mais si on avait inversé l'ordre, la préposition avec n'aurait même pas attiré l'attention, notamment à l'oral :
    Avec la présence de la pandémie, on reste préoccupé(s), mais avec l'expérience heureuse du Pardon du 15 août dernier, on est serein(s).
     

    Piotr Ivanovitch

    Senior Member
    Français
    « Être préoccupé » est une forme passive, qui se construit donc normalement avec la préposition « par » : la situation le préoccupe => il est préoccupé par la situation.

    En tant que participe passé utilisé comme adjectif, « préoccupé » se construit avec « par » ou « de » (Robert) :
    - il reste préoccupé par la situation ;
    - il reste très préoccupé de son apparence.
    La construction « être préoccupé avec » est fautive, même si on peut l'entendre çà ou là : c'est peut-être un calque d'une autre langue.
     

    Nanon

    Senior Member
    français (France)
    La construction « être préoccupé avec » est fautive, même si on peut l'entendre çà ou là : c'est peut-être un calque d'une autre langue.
    J'ai pensé à un calque du breton (même si je n'y connais rien), mais sauf erreur de ma part, La Prénessaye est en pays gallo donc on n'y parle pas breton : l'influence est celle du... français et pas du breton.
    La tournure préoccupé avec ne serait pas surprenante chez un lusophone... mais l'abbé Gérard Nicole ne semble pas être dans ce cas !
     

    jekoh

    Senior Member
    Fr - Fr
    Dans ce cas, ça peut bien être un calque du gallo.

    Il y a peut-être un rapprochement avec une tournure plus courante comme ennuyé avec qqch.
     

    Bezoard

    Senior Member
    French - France
    Comme l'indique l'Académie, "avec" peut être utilisé pour exprimer la cause :
    4. La cause. En raison de. Avec ce froid, toutes les fleurs ont gelé. Vous vous attirerez des désagréments, avec votre franchise. Qu’il est fatigant, avec ses questions ! Elle est ridicule, avec ce chapeau.
    Dictionnaire de l’Académie française
    Il est donc relativement fréquent de dire qu'on est ennuyé, agacé, préoccupé avec qqch, qui exprime la cause et non, grammaticalement du moins, l'agent. Nanon a d'ailleurs observé à juste titre que cet emploi coule tout seul en ordre inversé. À mon avis, point n'est besoin de chercher des modèles étrangers : c'est une construction naturelle en français.
     

    Gérard Napalinex

    Senior Member
    French - France
    Et si une virgule faisait la différence ?
    "On est préoccupé avec l'épidémie" suscite un désaveu unanime et argumenté, alors que "on est préoccupé, avec l'épidémie" semble bien moins critiquable.
    Je note d'ailleurs que la construction inversée ne saurait se passer de virgule.
     
    < Previous | Next >
    Top