Cela venait du fait qu'ils ne possèdent/possédaient pas cette capacité - temps

Bára

Senior Member
Bonojour,
Je me demande s'il est nécessaire d'employer la concordance des temps dans la phrase suivante :
Il était supposé que le mélange des langues venait du fait que les enfants bilingues ne possèdent pas (ne possédaient pas) encore la capacité de différencier les deux langues.

Comment vous le sentez, s'il vous plaît ?
Merci beaucoup et bon week-end :)
 
  • OLN

    Senior Member
    French - France, ♀
    Bonjour Bára.

    C'est une question de sens : ça dépend de ce que tu veux exprimer. :)

    Si le fait que tous les enfants bilingues, à un certain âge, ne possèdent pas encore cette capacité est une généralité immuable ou que c'est encore le cas au moment où l'on parle, il faut le présent.
    Si le mélange n'était dû qu'à un état passé révolu (aucun enfant bilingue n'en était capable à cette époque, mais de nos jours, les enfants bilingues en sont capables), il faut l'imparfait.

    Peux-tu préciser ?
     
    Last edited:

    janpol

    Senior Member
    France - français
    Je dirais : "possédaient". Certains enfants ont peut-être acquis cette compétence, cette situation est très fluctuante.
    Ils espéraient arriver à 8880 m. qui est l'altitude de l'Everest ---> ce sommet culmine toujours à 8880 m. au moment où je parle.
     

    Bára

    Senior Member
    Merci beaucoup à vous deux. Je vois que c'est compliqué. J'ai envie de garder le présent car je parle de tous les enfants biligues qui, de nos jours, peuvent avoir des problèmes avec la distinction des langues. Mais quand je relis la phrase, j'ai tendance à mettre l'imparfait... Bien, je vais y réfléchir:)
     

    samiraa

    Senior Member
    arabe- Algérie
    Bonjour un professeur agrégé de lettres modernes m'a dit que la distinction de oln est "pertinente" et qu'il ne s'agit pas des règles de la concordance des temps. Il s'agit d'après lui d'une valeur du présent de l'indicatif dans le premier cas (valeur générale, si j'ai bien compris, présent permanent).
     

    Bára

    Senior Member
    Mille mercis pour votre aide. Oui, c'est la valeur génerale, c'est pourquoi je me suis demandé s'il fallait employer la concordance des temps. Je garde donc le présent.
     

    OLN

    Senior Member
    French - France, ♀
    La règle de concordance des temps ne s'applique pas entre deux propositions s'il n'y a pas de rapport de dépendance chronologique entre elles : le fait exprimé dans la 2e ne peut être qualifié ni d'antérieur, ni de simultané ni de postérieur à celui de la 1ère. Un constat à valeur générale qui traduit un fait permanent (quelque chose comme « le fait que les [jeunes] enfants ne possèdent pas encore la capacité de différencier deux langues »), qui persiste par définition au moment où l'on parle, s'exprime par le présent.

    Les deux versions que tu avais proposées sont à prendre en considération, mais l'ensemble est trop imprécis pour qu'on puisse trancher.
    A.- 1. "Les enfant bilingues", était-ce le groupe d'enfants qu'on a étudiés dans le passé qui ne savaient pas encore séparer les langues à leur âge ? 2. les enfants bilingues d'anciennes générations ?
    B.- 1. Sait-on que tous les enfants bilingues sont physiologiquement incapables, jusqu'à un certain âge, de les séparer ?
    2. Le pensait-on à tort ?

    :idea:Si tu hésites encore, c'est que ce n'est pas un fait, mais que c'était une hypothèse. On peut alors s'exprimer différemment :

    On supposait [autrefois] que le mélange des langues résultait du fait que les [jeunes] enfants bilingues ne possèderaient pas encore la capacité de différencier les deux langues.
    On attribuait le mélange des langues à une supposée incapacité des [jeunes] enfants bilingues de différencier les deux langues.
     

    Logospreference-1

    Senior Member
    français
    Comme il semble d'une part qu'on parle d'un certain mélange entre deux langues dans une région donnée à une époque donnée, et d'autre part que l'incapacité des enfants à différencier ces deux langues aurait pu être propre à ces deux langues et non pas à n'importe quel couple de langues, on peut encore proposer : Il était supposé que le mélange des langues résultait / résulterait du fait que les enfants bilingues n'auraient pas encore possédé la capacité de différencier les deux langues. Entre résultait et résulterait je préfère l'imparfait ; l'usage du conditionnel (résulterait) ne serait pas faux mais me paraitrait une précaution inutile.
     

    Bára

    Senior Member
    Merci beaucoup pour toutes les réponses. En fait, cette phrase concerne une recherche actuelle (pas la mienne). Selon tout ce que vous m'avez dit (et selon moi aussi:) il faut garder le présent. Je vais noter toutes vos explication pour la prochaine fois.
     
    Last edited:

    OLN

    Senior Member
    French - France, ♀
    Il était supposé que le mélange des langues résultait du fait que les enfants bilingues n'auraient pas encore possédé la capacité de
    Le conditionnel passé situe l'incapacité dans le temps passé.
    Si je comprends bien, à l'époque où l'on supposait cela, c'était considéré comme une réalité établie à valeur permanente et ce n'était pas le constat d'un incapacité transitoire.
    L'hypothèse selon laquelle les enfant bilingues ne possèderaient pas cette capacité était admise.
    ___________
    Bára, vois combien on se perd en suppositions :oops:. Si le contexte n'est pas suffisamment clair, il serait mieux de formuler la phrase différemment.
     
    < Previous | Next >
    Top