digramme "eu" (il a eu, feu, fleur…) - prononciation : [y] / [ø] / [œ]

< Previous | Next >

donaximena

Senior Member
catalan & french
Bonjour,

J'ignore pourquoi dans "il y a eu...", "il y eut...", etc. on prononce le son "eu" comme dans "rue", alors que dans " fleur ", "peur", etc., le son "eu" est tout à fait différent (excusez-moi mais je ne sais pas le représenter :D). Voilà une question que je ne me suis jamais posée et que, hélas ! on vient de me poser... :) ce qui a éveillé en moi le désir de fouiner partout en quête d'une réponse (qui peut-être n'existe pas).

Le Littré, dans le chapitre "Avoir", me dit que :

....à Paris le peuple prononce ou evu au lieu de u [eu] ; c'est un archaïsme sur lequel on débattait encore au XVIIe siècle ; la prononciation u est aujourd'hui la seule correcte).

J'en déduis que la prononciation "u" dans "eu" est exclusivement réservée au verbe Avoir. Mais ce n'est que mon humble raisonnement !

Est-ce que vous en savez plus ?


Merci par avance !
 
  • RedHairFrenchGuy

    Senior Member
    French
    Bonjour, vous donnez vous-même la réponse dans votre question, c'est tout simplement que le "eu" est suivi d'un "r", vous avez le son "r" après le "eu" qui influe donc sur la prononciation , quelques exemples "(fleur, peur), meure, couleur, hideur, laideur, menteur, bonheur" etc.
     

    donaximena

    Senior Member
    catalan & french
    Bonjour et merci de vos réponses.

    À mon tour maintenant de vous transmettre ce que j'ai appris à propos de "eu" en fouillant un peu partout :

    Apparemment, il y a trois phonétiques différentes :

    1.- le phonème (y) (variantes du verbe avoir: j'ai eu, il y eut)

    2.- le phonème (ø) : feu, jeu, Eugène, eucharistie, eucalyptus, euphorie, Euro, Europe, euthanasie, deux, beuverie, beugler, heureux,....

    3.- le phonème (œ) : fleur, jeune, peur , fleuve, beurre, ordinateur, directeur, Instituteur, ingénieur...

    Je crois que pour le deuxième et troisième cas, il est difficile de dire quand on utilise l'un des deux phonèmes. Cela tient plutôt de la transformation des paroles au cours des âges et aussi, semble-t-il, d'une certaine logique auditive.

    Par ailleurs, j'ai appris aussi qu'au Québec on prononce feu, jeu, etc avec le phonème "œ".


    à+
     

    CapnPrep

    Senior Member
    AmE
    1.- le phonème (y) (variantes du verbe avoir: j'ai eu, il y eut)
    Cette orthographe nous paraît aujourd'hui irrégulière, mais elle correspond à l'ancienne prononciation en deux syllabes [əy], réduite à [y] au XIVe siècle. Les autres mots dans le même cas (veu, seur, deu, meur, pleu, …) ont vu leur graphie modifiée au XVIe siècle (vu, sûr, , mûr, plu, …).

    2.-le phonème (ø) : feu, jeu, Eugène, eucharistie, eucalyptus, euphorie, Euro, Europe, euthanasie, deux, beuverie, beugler, heureux,....

    3.-le phonème (œ) : fleur, jeune, peur , fleuve, beurre, ordinateur, directeur, Instituteur, ingénieur...

    Je crois que pour le deuxième et troisième cas, il est difficile de dire quand on utilise l'un des deux phonèmes.
    En général, comme le montrent presque tous tes exemples, on prononce [ø] en syllabe ouverte (surtout en syllabe finale ouverte) et [œ] en syllabe fermée. Mais pour être sûr de la prononciation standard, il faut consulter le dictionnaire.

    Voir aussi les fils suivants :
    meus (prononciation) (FEV)
    French "eu" sound (FEV)
     
    Last edited:

    Dawwn

    Senior Member
    Español (España)
    Bonjour à tous :)

    Bien que parfois j'entende la différence de son entre (ø - œ / deux heures) je voudrais savoir s'il y avait une façon de savoir a priori quel phonème corresponde à chaque mot, vu que ils partagent très souvent leur écriture.

    A mode de exemple: /eu/ peut employer le phonème ø (vieux) et également le phonème œ (dégueulasse).

    A début je me disais que si la dernier consonne se promotionnait, le phonème allait être œ (sœur, heure, neuf, peur, etc) mais après je suis tombé sur "heureux" qui adopte à chaque fois le phonème ø.

    Y a t-il donc une façon de savoir à priori quel phonème on emploie à partir de l’écriture "eu".

    Mille fois merci :)

    N’hésitez pas a me corriger, s'il vous plait :)
     

    tilt

    Senior Member
    French French
    Roméo31, je doute que ton lien puisse aider Dawwn. Il est en est question de savoir comment prononcer eu, pas de avoir comment écrire [ø] ou [œ]. :rolleyes:

    Et pour répondre à cette question, je crains qu'il n'y ait hélas pas de "méthode".

    Dawwn, en tant qu'hispanophone, ce fil pourra peut-être t'aider car il traite du même sujet, mais ne parlant pas espagnol moi-même, je ne sais quelle réponse il y apporte.
     
    Last edited:

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Je ne pense pas non plus qu'il y ait de règle. Certains mots changent même de prononciation entre le singulier et le pluriel, notamment :

    un œuf [œf], des œufs [ø]
    un bœuf [bœf], des bœufs [bø]

    Quant à heureux, je le prononce [œʁø] plutôt que [øʁø], de même que je prononce beuverie [bœvʁi] plutôt que [bøvʁi]. Il s'agit là de différences régionales.

    On notera enfin qu'il y a une troisième prononciation du digramme eu : on le prononce [y] dans il a eu et il eut.
     
    Last edited:

    Nicomon

    Senior Member
    Langue française ♀
    [...] Par ailleurs, j'ai appris aussi qu'au Québec on prononce feu, jeu, etc avec le phonème "oe" ("e" dans "o")
    Je ne sais pas si donaximena, qui a écrit ce post en 2012, lira ce qui suit... mais je précise pour les autres que ce n'est pas le cas.

    Au Québec, on prononce bel et bien le « eu » de feu, jeu et des autres mots listés en 2. au post 4 avec le phonème [ø].
    À part beuverie, que j'aurais mis dans la liste 3. Phonème [œ].

    Je prononce par contre le jeu de déjeuner avec le phonème [œ].
    Ce que vous pourriez entendre au Québec (mais c'est de plus en plus rare) est ce phénomène :
    Le [f] final suivant le son" eu" ne se prononce pas : on dit "neu" [nø] pour "neuf", "un beu" [ɛ̃bø] pour "un bœuf".
    Extrait d'un vieux bouquin (1860) intitulé Syntaxe mnémonique de la prononciation française: (Dictionnaire, grammaire).
    C'est moi qui graisse et ajoute le phonème en bleu.
    Son « eu » grave [ø].
    Rep. par eu, œu, non suivi des consonnes b, f, 1, p, r, v.
    Jeudi , Meunier, Pneumonie, Pneumatique et dérivés, Euphonie, il Pleut, Beugler, Feutre, Eux, Peu, Deux, Feue, Meute, Nœud, Eucharistie, Euphémie.
    Je prononce en effet [œ] - son plus ouvert, donc - si « eu » est suivi des consonnes mentionnées.
    Comme beuverie, justement.

    Il y a aussi ce titre : Traité complet de la prononciation française dans la seconde moitié du XIXe siècle.
    Oui, c'est vieux, mais les pages 76 à 78 m'ont semblé bien faites, et à mon avis la prononciation n'a pas vraiment changé depuis.
    Du moins, pas au Québec.

    On le trouve en PDF sous ce lien. Le téléchargement est un peu long, mais on peut ensuite faire une recherche par mots :
    Prononciation des voyelles. - EU.
     
    Last edited:

    Roméo31

    Banned
    français - France
    Bonjour à tous !

    - Il n'y a pas de règle permettent de savoir dans quels cas la graphie eu se prononce /œ/ (voyelle moyenne inférieure antérieure arrondie), /ø/ (voyelle moyenne supérieure antérieure arrondie) ou, même, comme l'écrit Maître Capello, /y/ (voyelle fermée - ou haute - antérieure arrondie)

    - L'article que j'ai indiqué (# 8) donne des listes( brèves) de mots correspondant à chacun de ces trois phonèmes.
    Par ex., heureux (comme heuristique et malheureux) se prononce avec le phonème /ø/.

    N.B. Les prononciations d'une même graphie pouvant changer d'une région à une autre, les phonèmes considérés dans cet article correspondent à la transcription phonétique indiquée par le dictionnaire du Petit Robert édition 2004.

    L'ouvrage auquel renvoie le lien fourni par Nicomon est intéressant (il indique des règles, les exceptions, de nombreux exemples...), sous réserve, bien sûr, comme elle le dit elle-même, de son ancienneté. Sur la prononciation de eu, voir les pages 76 et s.
     

    Nicomon

    Senior Member
    Langue française ♀
    J'avais déjà précisé les numéros de pages... et même en gras. ;)

    Je crois aussi que la citation d'un autre ouvrage au sujet des consonnes b, f, 1, p, r, v (qui me semble être un début de règle et qu'on trouve aussi
    - en plus de détails - dans les pages de l'autre ouvrage cité) peut aider les non natifs.

    Des mots comme immeuble, veuf, épagneul, peuple, fleur, fleuve appellent en principe (j'imagine qu'il y a des variantes régionales) le phonème [œ].

    .
     
    Last edited:

    CapnPrep

    Senior Member
    AmE
    Le Traité de Lesaint est difficile à lire, non seulement du fait de la terminologie datée (« syllabes masculines » :confused:), mais surtout à cause de l'organisation (comment être sûr que tous les contextes sont traités, et comment les retrouver ?). Les francophones natifs peuvent essayer de savoir s'ils sont d'accord avec les « légèrement ouvert », « très ouvert », « presque fermé », « faiblement ouvert », mais ces distinctions fines — même si elles s'avéraient vérifiables — me semblent inexploitables pour l'enseignement.

    Dans un ouvrage plus récent (1956, donc toujours trop ancien pour servir de référence de la prononciation actuelle) et surtout plus agréable à consulter :), Fouché présente les « règles » suivantes :
    • en syllabe accentuée :
      • suivi de [p], /b/, [f], [j], [l], [n] : ‹eu› se prononce [œ] (ouvert et bref) (peuple, meuble, veuf, œil, seul, jeune)
      • suivi de [v], [ʀ] : ‹eu› se prononce [œː] (ouvert et long) (fleuve, œuvre, couleur)
      • suivi de [t], [k], [d], [z], [ʒ], [m] : ‹eu› se prononce [øː] (fermé et long) (meute, feutre, leude, creuse, neume)
      • suivi de [g] : ouvert et bref dans aveugle [avœgl], mais fermé et long dans meugle, beugle [øːgl] :eek:
      • (Il manque quelques consonnes : /s/, [ʃ], [ŋ], [ɲ], pour lesquelles Fouché n'avaient pas d'exemples.)
      • ‹eû› dans jeûne se prononce [øː] (fermé et long)
      • non suivi d'une consonne prononcée : ‹eu› se prononce [ø] (fermé et bref) (bleu, peut, eux, nœud, bœufs)
    • en syllabe inaccentuée :
      • s'il existe dans la langue un mot correspondant où l'accent tombe sur ‹eu›, la qualité de la voyelle s'aligne sur la prononciation de ce mot.
        • on prononce [œ] (ouvert et bref) dans beurrier/peureux/abreuvoir/effeuiller/jeunesse car beurre/peur/abreuve avec [œː] et feuille/jeune avec [œ]
        • on prononce [ø] (fermé et bref) dans neutralité/creuser/pleuvoir/deuxième car neutre/creuse avec [øː] et pleut/deux avec [ø].
      • s'il n'y a pas de correspondant accentué dans la langue :
        • ‹eu› se prononce [ø] (fermé et bref) en syllabe ouverte (beuverie, euphémisme, jeudi, meunier, neuro-, Europe)
        • en syllabe fermée, il s'agit surtout de noms propres : ‹eu› se prononce [ø] (fermé et bref) devant /s/ (neustrien, Eustache) et se prononce [œ] (ouvert et bref) devant [ʀ] (Eurville, Meursault).


    Tout le monde ne sera sûrement pas d'accord avec tout (je n'ai pas reproduit ses divers commentaires sur les mots spécifiques, par ex. beuverie), mais je trouve que sa présentation est très accessible. Je ne sais pas si le critère morphologique est vraiment valable, mais de toute façon pour les apprenants ce n'est sans doute pas la peine de faire tant d'efforts pour les contextes inaccentués (où la distinction ouvert/fermé a très peu d'importance).
     
    Last edited:

    Nicomon

    Senior Member
    Langue française ♀
    Encore eût-il fallu que je le trouve, cet « ouvrage » de Fouché dont vous ne donnez pas le titre, et qui ne me semble pas beaucoup plus limpide de clarté pour un apprenant. :rolleyes:
     
    Last edited:

    CapnPrep

    Senior Member
    AmE
    Je ne m'en sers plus guère : il commence à dater.
    Certes, il date du siècle dernier, mais c'est toujours plus près de nous que l'avant-dernier… Le problème est qu'il n'y a rien de plus récent. Ce type d'ouvrage n'est décidément plus à la mode.
     

    tilt

    Senior Member
    French French
    Les règles décrites par CapnPrep sont assez étonnantes pour quelqu'un qui n'a jamais réfléchi à la façon dont il prononce le digramme eu. :D

    Mais au-delà de la distinction entre [œ] et [ø], celle faite entre les phonèmes longs et courts me semble vraiment négligeable.
    Autant dans certaines langues, la notion de longueur de voyelle peut être fondamentale, autant en français, elle me semble avoir totalement disparu.
    Je sais en tout cas que je ne fais pas de distinction entre les [œ] de veuf et de couleur.
     

    CapnPrep

    Senior Member
    AmE
    Mais au-delà de la distinction entre [œ] et [ø], celle faite entre les phonèmes longs et courts me semble vraiment négligeable.
    Il ne s'agit pas d'une distinction phonémique (qui, tu as raison de le dire, a presque totalement disparu en français) mais d'un effet phonétique qui semble résister encore dans la prononciation standard, et qui peut toucher toutes les voyelles en syllabe fermée accentuée. Les règles sont, en principe, les suivantes :
    • Toutes les voyelles sont allongées en syllabe accentuée fermée par [v], [z], [ʒ], [ʀ] (les « consonnes allongeantes ») ou par [vʀ].
    • Les voyelles [o], [ø], et [ɑ], et les nasales [ɔ̃], [ɛ̃], [ɑ̃], [œ̃], sont allongées en syllabe fermée accentuée, quelle que soit la consonne qui suit.
     

    Wai Ho

    Member
    Cantonese
    J'habite au Québec, la majorité des Québécois prononcent le mot « jeu » comme en France, mais il y a des Québécois qui le prononcent comme la dernière syllabe du mot « pleasure ».
     
    Last edited by a moderator:

    Nicomon

    Senior Member
    Langue française ♀
    @ Wai Ho : À moins que tu prononces cette dernière syllabe autrement que moi, je serais bien curieuse de savoir où t'as entendu la prononciation : /ˈplɛʒər/

    En tant que Québécoise « pure laine » - et plus très jeune - je ne me souviens pas avoir entendu autre chose que [ʒø] pour jeu.
     
    Last edited:

    danielc

    Senior Member
    French-Canada
    N'oublions pas que [ø] et [œ] peuvent être des diphtongues chez nous. Je pense à heure (mais pas heureux), peur, cœur, neutre. Cela s'entend plus souvent en postion entravée. Ma grand-mère avait de grandes voyelles épaisses et diphtonguées pour les voyelles mentionnées.
     

    danielc

    Senior Member
    French-Canada
    Je trouve cela intéressant qu'une prononciation diphtonguée était la norme en moyen français, je cite :
    " Ce son remonte aux XIIe – XIIIe ss. et provient de la monophtongaison des diphtongues eu et ue: nove > neuf [nyef] > neuf [nœf], folia > fueille > feuille. Le moyen français constitue donc une étape transitoire où le phonème [œ] était en train de se fermer en [ø], le processus qui ne prendra fin qu’aux XVIe – XVIIe ss "
    (Ma famille a quitté la France au XVIIème siècle...)

    LE MOYEN FRANÇAIS: LES CHANGEMENTS PHONETIQUES

    Pour la prononciation de peur chez nous, Wikipédia donne \paœ̯ʁ\, \pœːʁ\ .

    peur — Wiktionnaire

    Donc une diphtongue ou une voyelle standard pronlongée. Les diphtongues en place de monophtongues semblent être de plus en plus un phénomème canadien, mais la monophtongue épaisse de \pœːʁ\ devrait être possible ailleurs?
     
    < Previous | Next >
    Top