donner l'accolade à qqn

giuseppegg

Senior Member
Italian
Bonsoir,
dans un récit de Régis Jauffret je trouve ce passage:
"J'aurais voulu le serrer dans mes bras, il m'a donné l'accolade"; il est question d'un personnage qui retrouve son frère; il a à son égard un sentiment de nostalgie; l'autre semble beaucoup plus détaché.
Est-ce que je peux lire "accolade", là, comme un geste tiède?
merci
à tous Gg
 
  • SergueiL

    Senior Member
    Français
    C'est même froid. Pour des raisons que le contexte explique ou expliquera (insensibilité, gêne, timidité, etc.)
    Le sens est proche de : il m'embrassa avec froideur, avec indifférence... Un peu comme on embrasse la vieille tante de province, mécaniquement.
     

    iuytr

    Senior Member
    french
    L'accolade se donne au cours d'une cérémonie publique : par exemple lors de la remise d'une médaille, ou dans certains sports de combat entre adversaires juste avant de démarrer. C'est un geste officiel, on pourrait presque dire normé, paramètré, rien de naturel ou de spontané.
     

    SergueiL

    Senior Member
    Français
    Si le frère avait fait ce geste officiel, normé, paramétré, il aurait été ridicule, ce que le texte ne dit pas. Je pense que l'auteur parle d'accolade pour signifier un simulacre d'embrassade de la part du frère.
     
    Top