EN: earmarked to buy X / for buying X

  • Hildy1

    Senior Member
    English - US and Canada
    Both the infinitive and the gerund seem possible to me. They would have the same meaning: what the gold is meant to be used for.
     

    Hildy1

    Senior Member
    English - US and Canada
    It does indicate the cause (or the excuse) in those examples.

    In
    to earmark X for Y (purpose)
    and
    to scold X for Y (cause)
    the meaning of "for" is different.

    The WR dictionary gives 33 definitions of "for". There is overlap between some of them., but not all.
     

    Rhy-eme

    Member
    French
    Du point de vue du sens, les deux énoncés sont parfaitement recevables et il y a des chances pour qu’ils soient perçus comme équivalents (donc l’un ou l’autre en usage dans la vraie vie, qu’importe !). Néanmoins, si on perçoit instinctivement une différence entre les deux propositions, c’est qu’au niveau de la structuration du sens il se passe bien quelque chose de différent. Mais, on ne peut pas espérer accéder à l’intelligibilité théorique d’une paire minimale comme celle-ci sans s’y attarder et comprendre ce qui est en jeu. […]

    Tout le problème s’articule autour des deux pôles que sont le verbal et le nominal, où il s’agit de bien comprendre l’opposition entre TO/l’infinitif et -ING, qui lui se situe à la fois sur le nominal et le verbal.

    Observons tout d’abord que nous avons deux propositions :

    (P1) That gold was earmarked (P2) to buy basic necessities.

    (P1) = principale
    (P2) = subordonnée

    (P2) est proposition subordonnée adverbiale infinitive de but. Sa fonction est circonstant de but de earmarked. Comment le savoir ?

    D’une part, to by basic necessities pourrait être déplacé, mobilité propre aux adverbes :

    To buy basic necessities, that gold was earmarked

    D’autre part, on voit bien qu’elle joue le rôle d’un adverbe, remplaçable par purposefully (That gold was earmarked purposefully).

    Finalement elle peut répondre à la question suivante :

    What was that gold earmarked for?”

    “To buy basic necessities”

    Mettant en relief l’idée de but.



    On peut considérer que TO est bien-sûr classiquement la marque de l’infinitif, mais il est avant tout ici opérateur dit de « visée » ou de « dévirtualisation ». Clarifions :

    On pourrait en effet reformuler par :

    that gold was earmarked IN ORDER TO/SO AS TO buy basic necessities.

    Il faut bien comprendre que l’infinitif se situe au niveau verbal et que c’est du non-actualisé/virtuel : ce qui n’est pas vu ou affirmé comme existant. TO a pour rôle de marquer cela, il est un « avant » de la validation de (P2). La proposition n’est pas vue comme existante (encore). En effet une proposition actualisée/validée prend une marque de temps conjugué et on peut imaginer qu’une fois la relation (P2) validée l’énonciateur dirait alors :

    that earmarked gold buys/bought basic necessities.

    Mais à côté du fait que TO exprime un « avant » de la relation, on comprend bien dans cet énoncé que ce qui est visé par (P1) c'est bien l’accomplissement/la validation de (P2). Donc le rôle de TO n'est pas simplement de marquer l'infinitif, il se fait cible, support d'une visée, dans un mouvement du non-existant à l’existant (idée de mouvement qu’on a dans la préposition TO, il faut remarquer : I go to school). La validation/ dévirtualisation de P2 est visée, ce qui logiquement ne peut être que quelque chose qui n'existe pas encore (=infinitif), sinon il n’y aurait pas de visée.

    (2) (P1) That gold was earmarked (P2) for buying basic necessities.

    (P2) est subordonnée adverbiale, mais à la différence de (1) elle semble davantage à cheval entre la cause et le but (bien vu par Capello), ce qui est à mettre en lien direct avec les deux pôles que sont le nominal et le verbal :

    Tandis que TO marque l’infinitif (le virtuel d’une relation) et la visée situés sur le pôle verbal, ce qui suppose un lien plus étroit avec la temporalité, il n’est pas rare de retrouver -ING sous les aspects du nom (ex: a building, a reading), supposant l’existence/le préconstruit, donc un DEJA, contrairement à un AVANT, qui semble plus facilement compatible avec l’idée de « raison de ».

    En effet, dans 2), on voit que buying a à la fois les propriétés du verbe et du nom (à contraster avec to buy qui est verbal). On dira de ce buying qu’il est gérondif. D’une part, il admet un complément à sa droite à la manière du verbe, mais, d’autre part, il pourrait être modifié à sa gauche soit par un déterminant possessif, en plus d’un adverbe si on le souhaite :



    That gold was earmarked for my (frequently) buying basic necessities.

    *That gold was earmarked to my (frequently) buy necessities.


    En conclusion :

    TO sur le pôle verbal serait davantage en lien avec une situation particulière, un contexte spécifique, c’est-à-dire en un point du temps donné, propre à exprimer le but comme contingence. En revanche, -ING, à cheval sur le nominal et le verbal, marque d'un DEJA/acquis opérationnel au moment de discours, serait davantage en capacité d’exprimer à la fois le but et la cause.

    • That gold was earmarked to buy basic necessities (=un événement contingent, voilà comment cet or est destiné à être utilisé).
    • That gold was earmarked for buying basic necessities (=événement prévisible, voilà comment et pourquoi on utilise cet or).
     
    Last edited by a moderator:
    Top