FR: imparfait de narration, narratif, historique - imparfait employé au lieu du passé composé

< Previous | Next >

JennyP

Senior Member
English/Californie du nord
Bonjour a tous..

Donc, je voudrais poser une question au sujet du passé composé: Je suis en train de lire "La Hapre de Davita,' de Chaim Potok. (Page 56 édition Buchet/Chastel), en bas de la page, il y a une phrase dont je ne peux pas laisser passer sans la questionner.

La voici la question: J'apercevais ses yeux sombres et perdus renvoyant une faible lumière. Puis, se déplaçant sans faire de bruit, il descendait le couloir, traversait le salon, la véranda et les dunes. Hennissant doucement, il secouait la tête, sa longue crinière au vent, les muscles frémissant sous la peau.

MA QUESTION: Moi, je pense qu'il faut utiliser le passé composé en rouge, au lieu de l'imparfait: parce que les actions sont terminés. Vites et terminés. Moi, j'aurais dit: 'il est descendu le couloir, traversé le salon, etc. En passé simple, bien sur, mais quand même. :))

[…]

Vos conseils?

Jeanette

[…]
 
  • Punky Zoé

    Senior Member
    Pau
    France - français
    Bonsoir Jeanette :)

    Il s'agit de l'imparfait de narration ou de l'imparfait narratif qui est mis pour le passé simple ou le passé composé. Je pense qu'il donne une meilleure idée du temps qui s'écoule, comme si on était dans l'action en cours, mais au passé. C'est comme si le narrateur se remettait en situation, comme s'il revivait l'instant qu'il raconte.
     

    JennyP

    Senior Member
    English/Californie du nord
    Bonsoir Punky Zoe. :)

    Mais est-ce qu'on peux aussi utiliser le passé composé dans ce cas?

    :) Jeanette

    P.s. notez bien, PZ, que, enfin, j'ai trouve le moyen d'employer les accents!! :)
     

    itka

    Senior Member
    français
    Il peut y avoir plusieurs raisons d'employer ici l'imparfait et non un temps comme le passé composé ou le passé simple. En l'absence de contexte, nous ne pouvons pas savoir exactement à quoi correspond ce choix.

    Il peut s'agir d'une action qui se répète dans le passé.
    "Tous les matins, il descendait le couloir, traversait le salon,..."

    Plus probablement, dans cet exemple, il s'agit d'un imparfait qui a valeur de présent dans le passé. Il rend le récit plus intéressant en le faisant "vivre" par le lecteur. C'est un emploi qui n'est pas très fréquent et exclusivement littéraire. On dit que c'est un imparfait "sécant" et tu peux trouver ici quelques précisions à ce sujet.

    […]
     
    Last edited by a moderator:

    Charlie Parker

    Senior Member
    English Canada
    I usually encounter naître in the passé composé, but out of curiosity I did a search of naissait. Here are some examples:

    Nostalgie : il y a 25 ans naissait le virus informatique.

    Il y a dix ans naissait Tiger Woods.

    Titre
    ''Il y a 20 ans naissait la première Communauté européenne: la CECA'' dans 30 jours d'Europe (octobre 1972)

    There would doubtless be many more. I don't understand the use of the imperfect here. I would have expected the passé composé. All of my examples follow il y a. Can anyone shed light on the use of the imperfect? Merci d'avance.
     

    çamegonfle

    Senior Member
    French (France)
    le virus informatique naquît en 19xx / il y a 25 ans (pas sûre de l'orthographe!)

    le virus informatique est né il y a 25 ans / en 19xx

    l'emploi de l'imparfait fait "nostalgique" justement. c'est une question de style. et surtout il faut que l'ensemble des temps employés dans le texte soit logique, je crois que c'est ce qu'on doit appeler la concordance des temps.
     

    Punky Zoé

    Senior Member
    Pau
    France - français
    Hi Charlie

    It is also what we call "imparfait historique" used to emphisize the date of birth of somebody or of an event and his/her birthday or it's anniversary.

    Another example here.
     

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    le virus informatique naquît en 19xx / il y a 25 ans (pas sûre de l'orthographe!)
    […]
    l'emploi de l'imparfait fait "nostalgique" justement. c'est une question de style.
    Je crois que tu t'embrouilles un peu, Çamegonfle. Tu parles ici de l'imparfait du subjonctif alors que Charlie nous demande l'emploi de l'imparfait « normal », c'est-à-dire l'imparfait de l'indicatif… à moins que tu n'aies voulu parler du passé simple qui lui s'écrit sans circonflexe… :confused:

    Charlie, regarding the explanation for the imperfect, Punky Zoé gave the correct answer: it is a historical imperfect.
     

    çamegonfle

    Senior Member
    French (France)
    oui je parlais du passé simple, j'étais pas sûre de l'orthographe! honte à moi!!

    et je voulais montrer à Charlie qu'on peut utiliser beaucoup de temps différents pour le passé: c'est une spécificité du français pas évidente pour les étrangers!

    et après j'ai dit comment je ressens l'imparfait en comparaison! ;-)
     

    janpol

    Senior Member
    France - français
    Charlie, cet emploi de l'imparfait n'est pas nécessairement lié à la présence de "il y a" (En 1802, naissait V. Hugo.)
     

    Montaigne

    Senior Member
    French, France
    Certes, mais Victor écrivit:
    "Alors dans Besançon, vieille ville espagnole
    Jeté comme la graine au gré de l'air qui vole
    Naquit d'un sang lorrain et breton à la fois...."

    Et pourtant le poème commence à l'imparfait (narratif plutôt qu'historique) :

    "Ce siècle avait deux ans, Rome remplaçait Sparte".
     

    Charlie Parker

    Senior Member
    English Canada
    Thank you all. I am very glad I asked the question, for I have learned something new: l'imparfait historique.
     

    Mnemosyne

    Senior Member
    American English
    Un jour, mon chandail des Canadiens de Montréal était devenu trop étroit.... Ma mère....fit ce qu'elle faisait chaque fois que nous avions besoin de vêtements. Elle commença à feuilleter le catalogue que la compagnie Eaton nous envoyait par la poste chaque année.... Pour commander mon chandail de hockey, elle fit ce qu'elle faisait d'habitude; elle prit son papier à lettres et elle écrivit....

    Monsieur Eaton répondit rapidement à la lettre de ma mère. Deux semaines plus tard, nous recevions le chandail.

    Pourquoi tout à coup l'imparfait? Cette histoire parle d'une fois spécifique, la fois que la mère a acheté un chandail! Alors, la réception du chandail n'est pas une action régulièrement répétée.
     

    tilt

    Senior Member
    French French
    Je dirais que l'imparfait suggère que l'évènement se situe dans la suite logique des actions décrites, dans la même ligne de temps, qu'il n'est que l'ultime étape d'un processus continu.
     

    tilt

    Senior Member
    French French
    Pas spécialement, non.
    Utiliser ici le passé simple au lieu de l'imparfait ferait encore plus littéraire.

    Dans le langage courant, on préféra sans doute le passé composé, mais pour tout ce qui est décrit ici, alors, et pas seulement la dernière phrase.
     
    Last edited:

    Punky Zoé

    Senior Member
    Pau
    France - français
    Bonjour

    C'est peut-être un imparfait qui traduit une habitude, en rapport avec "ma mère fit ce qu'elle faisait chaque fois que nous avions besoin de vêtements".

    Il s'agit d'un cas particulier, mais qui se rattache à une action habituelle et chaque fois que sa mère commandait, elle recevait la commande deux semaines après.
     

    melu85

    Senior Member
    France/French
    Inclure une action dans le processus descriptif est un procédé écrit, qu'on n'emploie pas dans la langage courant parlé. Ceci n'est que mon avis.
     

    Punky Zoé

    Senior Member
    Pau
    France - français
    Bonjour

    Je crois que c'est surtout un procédé narratif, qui pourrait aussi bien être oral, mais dit par un conteur ou simplement quelqu'un qui raconte une histoire.
     

    shrekspeare

    Senior Member
    french and australian english (bilingual)
    Tout à fait Tittornade,
    Et c'est pour ça que, à l'oral ou à l'écrit, on ne trouve ce genre de construction que dans une narration.... Un peu comme le futur de narration, mais à l'imparfait!
     

    Mnemosyne

    Senior Member
    American English
    Quoi?! Wow.... Je suis sûr que j'ai entendu ou lu, de temps en temps, le "futur dans la passé," mais qui utilisait le conditionnel.

    Par exemple:

    A ce moment-là, il ne savait pas qu'il serait mort dans trois jours.

    Ou:

    Elle espérait qu'il ne la quitterait jamais.


    Alors, on peut employer l'un ou l'autre, mais la première que nous discutons (l'imparfait) ne se passe que dans une narration? Et l'autre (le conditionnel), est-ce que ça aussi se passe seulement dans une narration?
     

    tilt

    Senior Member
    French French
    Je persiste à trouver que l'imparfait marque essentiellement une continuité d'action, qui insiste dans ce cas-là sur la brièveté du délai entre la commande et la livraison.

    Personne n'est de cet avis ?
     

    shrekspeare

    Senior Member
    french and australian english (bilingual)
    Si, si Tilt.
    C'est peut-être ça. S'il ne s'agissait que d'une simple retrospectivité du narrateur, nous n'aurions pas forcément l'imparfait.
    Nabokov est né en 1899. Il deviendra l'un des plus grands écrivains de langue anglaise.
    A ce moment là, il ne savait pas qu'il mourrait un jour de 1977.


    Mais qu'est-ce qui fait, qu'on peut dire:
    Trois jours plus tard, il était mort.
    ou
    Trois jours plus tard, il serait mort.

    Je ne sais pas si c'est la continuité de l'action... Peut-être. J'aurais tendance à croire cependant, que le temps permet de changer la "position", la posture du narrateur.
    Si j'emploie le conditionnel ou le futur. Le narrateur est dans le futur, il connaît déjà la fin de l'histoire.
    Si j'emploie l'imparfait, il est dans l'histoire au moment des faits, il ne connaît pas la fin de l'histoire. D'où un temps "non fini", non borné... l'imparfait.

    Je nage en plein délire vous croyez?
     
    Last edited:

    Mnemosyne

    Senior Member
    American English
    Je crois que vous parlez très clairement, Shrekspeare. Mais j'ai encore une question.

    Comment est-ce que ça peut être un futur dans le passé, si le narrateur n'est pas au futur lui-même?
     

    shrekspeare

    Senior Member
    french and australian english (bilingual)
    Je ne suis pas sûre de répondre à votre question, mais je dirai que c'est juste une figure de style.
    Si je reprends mon exemple de Nabokov, je peux, en tant qu'auteur, suivre une certaine "linéarité", une continuité, pour reprendre le terme de Tilt. Je peux dire:

    Le 1er juillet 1977, Nabokov était encore en train d'écrire. Le lendemain, on le trouvait mort dans son fauteuil.
    Ici, je respecte l'ordre de la narration. Le narrateur avance en même temps que le lecteur.

    Mais je peux, en tant qu'auteur, tricher un peu et dire:
    Le 1er juillet 1977, Nabokov était encore en train d'écrire. Le lendemain, on le trouvera / trouverait mort dans son fauteuil.
    Dans ce cas-là, l'auteur fait un bond en avant dans la narration. Il prédit ce qui se passera ensuite. C'est un procédé littéraire assez fréquent. Je donne un bref aperçu de la fin pour "aguicher" le lecteur en quelque sorte.

    C'était votre question ou pas du tout? Vous parliez de l'imparfait?
     

    Mnemosyne

    Senior Member
    American English
    Ah oui. Pardon. Je n'étais pas claire. Oui, je parlais de l'imparfait. Hmmmm. Je comprends complètement comment on peut avoir le conditionnel, parce que on l'utilise beaucoup en anglais; et vous l'avez bien expliqué. Quand l'auteur emploie le conditionnel, il aide le lecteur un peu.

    Et pour l'imparfait? Il aide un peu mais pas assez qu'avec le conditionnel???? C'est ça qui me confond. On ne l'a pas (l'imparfait comme ça --- "futur dans le passé") en anglais.
     

    shrekspeare

    Senior Member
    french and australian english (bilingual)
    Ah. Alors, je pense que ce n'est pas une question de futur.
    C'est une question d'imparfait.
    Dans ce cas-là justement, le narrateur ne se reporte pas dans le futur du tout. Il suit sa "ligne" narrative. Dans ce cas-là, nous avons deux cas de figure:
    - deux semaines plus tard, nous avons reçu le chandail.
    ou
    - deux semaines plus tard, nous recevions le chandail.
    Là, je vais me démarquer un peu de ce que disait Tilt plus haut. Il disait que l'imparfait marquait une suite logique d'actions, ce que j'approuve. Mais je ne pense pas qu'ici l'imparfait marque l'étape ultime du processus. L'étape ultime du processus, je pense, ce serait justement le passé simple/passé composé.
    Utiliser l'imparfait, c'est justement se refuser à "borner" l'action. Ne pas lui mettre une borne de fin. Pour justement "continuer" l'effet narratif. Autrement dit, si l'auteur emploie l'imparfait, je m'attends à ce que la narration rebondisse (je ne dis pas qu'elle va forcément rebondir, repartir, mais je pense que c'est l'effet que veut produire l'auteur sur son lecteur).
    Je cherche un exemple en anglais qui serait plus parlant, mais effectivement, j'ai du mal...
     

    itka

    Senior Member
    français
    Cet imparfait est bien difficile à expliquer, de toutes façons...

    Pour simplifier, on dit que l'imparfait sert ordinairement à "décrire" le cadre où se déroule le récit, à faire une photo du décor en quelque sorte.
    Ici, les choses se passent comme si on avait deux photos successives : on ne voit pas l'action qui provoque le changement, simplement, on peut voir que la première photo montrait un état de la situation et la seconde, le nouvel état, le nouveau décor.
    Entre les deux, la durée est annulée, il n'y a pas de solution de continuité...
    Je ne sais pas si ce que je dis est clair. C'est si intuitif de ma part que je ne saurais dire que "je le conçois clairement" !:p

    C'est un temps exclusivement littéraire qui n'aurait pas sa place dans la conversation, quel qu'en soit le registre.
     

    TitTornade

    Senior Member
    Pour préciser ce que je disais précédement.
    Riegel et al. (2008) p. 308 :
    "L'imparfait de perspective est analogue au présent évoquant un futur proche ; associé à un complément circonstanciel, le verbe exprime un fait postérieur au repère temporel indiqué : Une semaine plus tard, Charles épousait Emma."
     

    Fred_C

    Senior Member
    Français
    Bonjour,
    Pour être tout à fait clair, permettez-moi d'insister en disant que l'emploi du passé simple dans cette phrase est tout à fait correct. (et davantage recommandé)
    L'usage de l'imparfait est un procédé de style (que tout particulièrement, je n'apprécie pas, je le trouve un peu maladroit), qui est un peu trop à la mode en ce moment.

    Parmi les raisons les moins significatives qui ont pu conduire l'auteur à utiliser l'imparfait, (mais pas les moins plausibles), on pourrait citer :
    * La volonté d'ajouter de la variété.
    * Le refus de conjuguer le passé simple à la première personne du pluriel, parce que la forme "reçûmes" sonne un peu plus désuet que "écrivit", par exemple.
     

    CapnPrep

    Senior Member
    AmE
    TitTornade, ce pourrait aussi être un imparfait « narratif » (ou « historique, pittoresque, de rupture, de clôture »), décrit par Riegel et al. juste avant le passage que tu as cité, et par Grevisse au §881, b, 2.

    Il nous faudra le contexte suivant pour savoir de quel type d'emploi il s'agit.
     

    TitTornade

    Senior Member
    Je suis d'accord sur le fait que la construction "nous reçûmes" est lourde et que l'auteur puisse avoir voulu l'éviter.
    Comme le dit CapnPrep, la suite du texte pourrait être intéressante à connaître. Mais pour moi, pas dans le même sens :D
    Je pense qu'un passé simple aurait sous-entendu une suite à la scène.
    "Nous reçûmes le chandail. Il s'avéra que sa couleur n'était pas celle attendue... ..."
    L'imparfait marque la fin de la scène racontée. Non ?

    Fred_C, tu veux dire que l'utilisation de l'imparfait sous cette forme est récente ? On l'entend dans la bouche des journalistes ?
     

    itka

    Senior Member
    français
    Je pense qu'il s'agit effectivement d'un imparfait « narratif » (ou « historique, pittoresque, de rupture, de clôture »). Qu'importe l'étiquette ! Que veux-tu dire CapnPrep ? :confused:
    Mais je ne vois pas comment le contexte suivant pourrait modifier cela... Peux-tu nous donner des exemples où ce contexte modifie la compréhension de la phrase ?
     

    shrekspeare

    Senior Member
    french and australian english (bilingual)
    Oh, je pense qu'il serait naif de croire (si je puis me permettre, Tittornade), de croire qu'un passé simple induit une suite et que l'imparfait non.... Seule la suite pourrait nous le dire, je le crains.
    L'imparfait n'empêche en rien une suite.
    Une semaine plus tard, nous recevions le chandail. Nous nous aperçumes alors qu'il était trop petit.
    non?
     

    CapnPrep

    Senior Member
    AmE
    S'il s'agit d'un imparfait de perspective, exprimant une sorte de « futur proche dans le passé », dans la suite du texte on peut rester dans la période entre la réponse de M. Eaton et la réception du chandail. Par ex. « En attendant, je dus jouer mes matchs torse nu.»

    Mais si cette phrase marque la fin du récit, c'est un imparfait « de clôture », qui « évite au récit une fin nette et brutale, mais lui confère une fin ouverte » (Riegel et al. p. 308). Et ça aura été un épisode particulièrement palpitant ! On va peut être devoir commander un nouveau pantalon dans le chapitre suivant !
     

    itka

    Senior Member
    français
    Oui, CapnPrep. D'accord. On peut revenir sur la période intermédiaire... c'est intéressant, ça !
    La fin "ouverte" c'est vrai. Si on commande le pantalon, tu nous fais signe, Shrekspeare ! ;):D
     

    James Bates

    Banned
    Urdu
    I came across the following in my French textbook:

    Ayant libéré les prisonniers et tué le gouverneur, les révolutionnaires ont proclamé le gouvernement de la Commune de Paris. Plus de cent ans après - en mil huit cent quatre-vingt-huit, plus exactement - la date du quatorze juillet était adoptée comme fête nationale.

    Shouldn't it have been "la date du quatorze juillet a été adoptée comme fête nationale"? "était adoptée" would imply it was continuous and would make no sense. It would be like saying "was being adopted" instead of "was adopted".
     

    Michelvar

    Quasimodo
    French / France
    Hi,
    Imparfait is not only used for a continuous action. In this context for example, it is used for narrative purpose, we call it "imparfait de narration", or "imparfait narratif".

    You can use, with the same exact meaning :
    Plus de cent ans après .... la date du quatorze juillet fut adoptée comme fête nationale (passé simple)
    Plus de cent ans après .... la date du quatorze juillet est adoptée comme fête nationale (présent de narration)
    Plus de cent ans après .... la date du quatorze juillet a été adoptée comme fête nationale (passé composé).
     

    Eddie_Sammon

    Member
    English (British)
    Bonjour,

    J'avais des problèms avec l'imparfait et le passé composé. J'ai cherché sur l'internet et dans mon manuel français, mais je ne peux pas trouver quelque chose qui me satisfait suffisamment.

    […]

    La phrase est : La Bataille de Verdun, où 300 000 mouraient « pour quelques demi-hectares de la France ». Ma question est sur "où 300 000 mouraient" ou "où 300 000 sont morts" pour dire "where 300,000 died".

    Est-il possible d'utiliser les deux ?

    Merci encore.
     
    Last edited by a moderator:

    Oddmania

    Senior Member
    French
    Est-ce une phrase que vous avez lue quelque part, ou l'avez-vous écrite ? Y a-t-il une autre phrase avant/après ? Il faudrait un peu plus de contexte pour pouvoir trancher. Le passé composé semble nettement plus logique. Pour moi, "mouraient" signifierait étaient en train de mourir.
     
    Last edited:

    Eddie_Sammon

    Member
    English (British)
    Merci. J'ai écrit cette phrase. Cependant, j'ai vu des journalistes utilisent "mouraient" pour signifier "dead", comme cet exemple :

    Le 15 avril 2005, vingt-quatre personnes mouraient dans l’incendie de l’hôtel Paris-Opéra dans le 9e arrondissement de Paris, le plus meurtrier recensé dans la capitale depuis la Libération.

    Néanmoins, je vais utiliser le passé composé pour ma phrase. :)
     
    Last edited:

    Oddmania

    Senior Member
    French
    Je comprends votre confusion. C'est un choix stylistique. L'auteur choisit de décrire l'action comme si elle était en train de se dérouler. Le plus souvent, le verbe est alors accompagné d'une date.

    En 1917, trois cent milles soldats mouraient dans la bataille de Verdun :tick:
    Hier après-midi, le Premier ministre disait que...

    C'est assez littéraire / journalistique.
     

    Nicomon

    Senior Member
    Langue française ♀
    J'ajoute aux réponses d'Oddmania que cet imparfait de narration dit « imparfait d'ouverture / de rupture » (on ne m'a pas enseigné ces termes à l'école) est souvent substitué au passé simple, plutôt qu'au passé composé.


    Je trouve le sont « mouraient » plus joli que « moururent »... mais il y a plus. Pour en savoir plus, ce document PDF et cette page
     

    Jerry12

    Member
    English - England
    Hi,

    I know similar questions have probably been asked many times before but I had a specific angle on this question as I usually understand the difference

    En 2015 1,8 million de personnes ont reçu/recevaient le RSA

    My main issue here is that 1. There's a specific time date so I should use perfect
    But 2. I'm referring to over the time period of 2016 as one doesn't receive le RSA only once but rather over a period of time therefore I should use imperfect

    Apologies for the slightly long winded issue

    Many thanks!
     
    Last edited by a moderator:

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Both tenses are actually possible in this case depending on the exact context. If it is a mere statement, the passé composé should be used, but the imparfait is also possible for a stylistic effect.
     

    Jerry12

    Member
    English - England
    Thank you both for your help, in this context would there be a huge difference in meaning between the two??
     

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    There is absolutely no difference in meaning; the only difference is stylistic. Anyway, the usual tense in that case is the passé composé since you are talking about a specific, non-recurring event.
     
    < Previous | Next >
    Top