Français: oui[ç], merci[ç]

Outsider

Senior Member
Portuguese (Portugal)
En ce qui me concerne, je n'y reviendrais pas, mais je voudrais simplement conseiller à ceux des non-francophones qui entendent ce son, de ne surtout pas chercher à le produire ! Cela donnerait à leur langage une tonalité résolument étrangère...
Mais pas du tout ! Ce sont justement des petit détails comme cette prononciation allophonique, apparemment imperceptible pour certains locuteurs natifs, qui distinguent le vrai français des imitations. :)
 
  • wildan1

    Moderando ma non troppo (French-English, CC Mod)
    English - USA
    je n'ai jamais entendu parler d'une consonne, quelle qu'elle soit, qui viendrait s'adjoindre après les voyelles antérieures...

    Je n'appelerais pas ce phénomène une consonne (le choix du ich-laut comme description est peut-être pas le meilleur), mais plutôt une voyelle chuintante. Mais il existe bien clairement !
     

    itka

    Senior Member
    français
    Bon, je n'ai jamais entendu parler d'une voyelle chuintante, non plus...et je n'imagine pas ce qu'on pourrait appeler ainsi. (Enfin, oui, c'est un long !!!)

    Outsider, ce que j'ai écrit ne représente que mon avis ! Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui n'ayant pas fixé le système d'une langue dans son enfance (avant six ans) réussisse à perdre son "accent" plus tard... mais je suis sûre qu'on va me dire que ça existe... alors, prononce comme tu veux et ajoute des [ç] après les voyelles si tu penses que c'est le "vrai" français !
     

    CapnPrep

    Senior Member
    AmE
    Ce phénomène a été étudié par des phonéticiens. Voici quelques références.
    • Zsuzsanna Fagyal & Christine Moisset. 1999. Sound change and articulatory release: where and why are high vowels devoiced in Parisian French? In J. Ohala et al. (eds.) Proceedings of the XIVth International Congress of Phonetics Sciences, 309–312, Berkeley: University of California.
    • Ivan Fónagy. 1989. Le français change de visage? Revue Romane 24: 225–254.
    • Caroline Smith. 2003. "Vowel devoicing in contemporary French." Journal of French Language Studies 13, 177-194.
    • Caroline Smith. 2002. "Prosodic finality and sentence type in French." Language and Speech 45, 141-178.
    Un extrait du dernier article est disponible ici. Eh oui, en anglais. J'espère que le modérateurs feront preuve d'indulgence, c'est pour la bonne cause. Dans le passage pertinent de l'intro, elle dit que l'assourdissement des voyelles (surtout fermées) en fin de groupe prosodique représente un développement relativement récent du français parlé, l'exemple le plus connu étant la prononciation de "oui" comme [wiç] (le son final est une fricative sourde longue). Cela se produirait plus souvent lors de la lecture à voix haute que dans la conversation courante.

    Si quelqu'un a accès à ces ouvrages/revues, je lui souhaite bonne lecture et j'ai hâte de lire son résumé synthétique ici même dans quelques jours.
     

    wildan1

    Moderando ma non troppo (French-English, CC Mod)
    English - USA
    Merci pour ces références, CapnPrep. Les cours de phonétique me reviennent un peu mieux à l'esprit avec cette discussion !

    Je pense que dévoisement de la voyelle en sourde décrirait plus correctement le phénomène discuté ici, en combinaison avec un effet prosodique, bien décrit dans l'article cité.
     

    merquiades

    Senior Member
    English (USA Northeast)
    Moi aussi j'ai remarqué le ouich-mercich, mais contrairement aux autres, je l'ai associé à la ville de Nancy, un endroit où ce phénomène me semble très fort et où je l'ai remarqué pour la toute première fois. Icich à Nancych, finich, ouich, je t'en priech. Quand j'amène mes amis à Nancy, ceux qui ne sont pas du coin, ils remarquent le ich assez facilement. Je croyais que c'était régional. Il faut voir s'il y a des enregistrements de Nancy??? Bon, apparemment c'est beaucoup plus répandu..... Je ne pense pas non plus que ce soit une question de classe sociale, de profession ou de génération. C'est naturel chez ceux qui le font. Par contre, le bonjouran, bonsoiran, ça n'a rien à voir... c'est toujours artificiel et snob. Pas une bonne comparaison.
     

    swift

    Senior Member
    Spanish – Costa Rica (Valle Central)
    Ce serait lorrain alors?

    Bonsoir,

    Je ne suis pas natif, et je ne peux pas affirmer qu'il s'agisse d'une spécificité phonologique de la Lorraine. Mais je peux vous dire qu'une de mes collègues vient de Champagne et elle dit ouich et mercich.

    À plus ;),


    swift
     
    Last edited:

    TitTornade

    Senior Member
    Moi je suis lorrain et j'ai émigré à Nancy, depuis ma campagne :D
    Je n'ai jamais particulièrement entendu cette prononciation plus ici qu'ailleurs... Peut-être que j'y suis tout simplement habitué...
    Parce que je le renforce parfois... Pour rire... Mais je ne renforce pas dans le langage soutenu, je pense....

    Il y a quelques années, un journaliste avait dit qu'on pouvait faire très facilement la différence entre un jeune journaliste et un journaliste aguerri via certains tics de langages en particulier le "hhh" à la fin des mots. Je ne noterais pas "ch" ou /ç/ puisqu'après le u son /y/, j'entends plutôt un "fff").
    Du coup, j'avais écouté les jeunes journalistes (sur les chaînes nationales) et j'ai entendu à la pelle de "hhh" (on peut dire /ç/) après les /i/ et des "hhh" (je dirai des "fff") après les /y/.

    Pour ma part, je pense que ce sons perturbateurs sont un problème de colonne d'air : soit on la stoppe brusquement (pas par un arrêt glottal, mais presque) et la voyelle est stoppée et nette, soit la colonne d'air n'est pas stoppée et le son parasite est dû à la fin de l'expiration... Le temps que les organes phonateurs se remettent en place... :D Ca fait comme un ballon qui se dégonfle... "hhhh" qui devient /ççççççç/ ou /fffffff/ ou autres selon les positions des organes phonateurs (parfois ce son des /ssss/)...

    Pour les journalistes, c'est juste une question de maîtrise de la respiration et de la colonne d'air... Mais certains accentuent fortement ce tic... (Je ne regarde jamais Canal+, mais je suis sûr que tous ont ce tic :D)

    Haaaaaan !! Même Delahousse sur F2 a dit "Parihhh", ce soir ! Mais c'est presque imperceptible...

    Pour ce qui est du "ouihhhh" à Nancy, c'est sûrement pas un lorrain qui l'a dit, vu qu'ici, on dit "ui" (avec la semi-voyelle correspondant au /y/) : on ne sait pas dire "quizz", [...] avec des sons /w/. Donc ça serait éventuellement "uihhh" !! :p :D
     
    Last edited by a moderator:

    Ionesco Rock

    New Member
    Brazilian Portuguese
    Mon professeur de mathématiques, qui est lorrain, prononce très clairement les [ç].

    Je crois que ce son peut aussi se produire après une consonne
    Dans cette vidéo j'entends le chanteur qui prononce "opaque" comme [opakç] ou
    [opakʲʰ] dans le premier couplet, qui commence à 0'15"
    Par contre il ne prononce pas le [ç] après les [y] comme dans "avouez que je vous ai bien eu(ç)"
     

    Jabote

    Senior Member
    French from France
    Certains disent produire une "aspiration" proche du umlaut...:D
    ???? L'umlaut allemand étant un tréma, comment peut-on le prononcer en l'aspirant ?

    Pour le ch prononcé après oui, je l'apparenterais effectivement davantage au ich allemand moi aussi. D'ailleurs il n'est pas prononcé en aspirant, mais bien en expirant, c'est un chuintement, pas une aspiration.

    D'où cela vient-il ? Mystère, mais je confirme cette "mode" de la fin des années 80/90, c'était un genre qu'on se donnait. Reste à savoir lequel. Probablement le même genre de genre, justement, que les fameux "comme, genre, j'veux dire" ajoutés à tout bout de champ dans les phrases des d'jeuns de maintenant. Un tic de langage plus qu'autre chose. Enfin je pense, du moins.
     

    Dynamite

    Senior Member
    French - FRANCE
    Finalement j'en produis aussi !! en fin de phrase, avant une pause, sur un mot accentué.
    Un 'oui' tout seul bien accentué par exemple --> [ui:ç]
    Je confirme qu'il est expiré. Et je dis que ça vient comme ça sans réfléchir... presque une intonation ?!
    Il me semble que cela est possible aussi peut-être après [e] <é>
    D'autre part, est-ce qu'après [ø, o, y, u] <e, o, u, ou> les étrangers n'entendent pas parfois un prolongement avec un souffle que je symboliserai 'f' ?? ex : 'Allez ! dis-le-nous' = [ale:ç di lø nu:f]
    J'émets l'hypothèse que l'arrondissement de la voyelle détermine le son additionnel (si tant est qu'un souffle puisse être considéré comme phonologique car je n'ai pas trouvé de symbole phonétique)
    Qu'en pensez-vous ?
     
    Last edited:

    wildan1

    Moderando ma non troppo (French-English, CC Mod)
    English - USA
    On n'est clairement pas dans le même contexte, mais ne pas oublier l'ancienne expression "ouiche", qui ne pouvait (déjà) qu'être dérivée de "oui"...
    L'exemple cité à l'origine était oui + " ç ", mais le phénomène s'observe également avec si !, joli, merci, etc.

    Il s'agit d'un allophone (une variante de son) du phonème /i/, utilisé semble-t-il en fin de phrase pour donner l'emphase au sens du mot. Mais le changement de son ne change pas le sens fondamental du mot.
     

    berndf

    Moderator
    German (Germany)
    Il s'agit d'un allophone (une variante de son) du phonème /i/, utilisé semble-t-il en fin de phrase pour donner l'emphase au sens du mot. Mais le changement de son ne change pas le sens fondamental du mot.
    Je dirais plutôt que c'est une forme pausa. Il y a plusieurs langues dans lesquelles certains mots sont modifiés dans les positions pausa. A mon avis il s'agit d'une prolongation des voyelles finales qui produit pour des voyelles antérieures fermées (/i/ et /y/) une "glisse" vers la semi-voyelle [ʝ] avec un dévoisement qui donne [ç], (oui [wiʝçççççççççç]). Ça me rappelle le dévoisement partiel du /z/ finale en Anglais britannique comme dans news /nju:z/>/nju:zs/.
     
    Last edited:

    Oddmania

    Senior Member
    French
    Alors, je vous réitère ma demande : pourriez-vous mettre un lien vers un quelconque enregistrement où on puisse l'entendre sans doute possible ? J'aimerais bien aussi découvrir si c'est régional, générationnel ou lié à un registre... Merci !
    J'ai conscience que ce fil a 9 ans, mais je voulais tout de même apporter mon grain de sel. Tout comme Outsider (post #10), je ne pense pas du tout que ce soit une caractéristique régionale ou vulgaire, bien au contraire. Pour m'en assurer, j'ai visionné des interviews d'Isabelle Adjani et de Fanny Ardant sur Youtube, et je n'ai pas eu à chercher bien loin.

    Vous avez sur Youtube une vidéo de 6 minutes 11 qui s'intitule « Isabelle Adjani "La journée de la jupe" », et à la 25ème seconde on entend clairement Isabelle Adjani dire « ...en tant qu'actrice et en tant que citoyenne aussi » avec ce souffle dont on parle dans ce fil à la fin du mot "aussi".
     

    simplicius

    New Member
    français - France
    Puis-je redemander à ceux qui entendent ce son (quel qu'il soit) d'essayer d'en trouver un exemple sur le net et de mettre un lien ?

    Plus je vous lis et plus je suis curieuse de l'entendre... Je ne peux imaginer qu'il existe, en français standard, (puisque vous certifiez qu'il ne s'agit pas d'un accent régional, ni d'un ajout intentionnel) qu'il existe un son de ce type à la fin des syllabes vocaliques, avec voyelles antérieures seulement, si j'ai bien compris. (Je ne parle pas des -an, -eu, -a ou -o qui peuvent servir de voyelles d'appui en fin d'unité accentuelle et qui sont, en général, des manifestations d'un "accent" régional).


    Pour reprendre les exemples du début, après "merci" "oui" ou "salut", en français standard, moi, je n'entends rien. On peut traîner sur la syllabe, ajouter une voyelle d'appui (différente selon la région) aspirer le "oui" au lieu de le prononcer dans un souffle, mais rien qui ressemble à une consonne chuintante ou palatale, ou apico-dentale (pour les spécialistes que ça intéresse !;)).

    Je veux bien croire qu'on n'en ait pas conscience spontanément, mais j'ai étudié la langue de toutes les façons, sous tous les angles, assez longtemps pour avoir pu déceler un son parasite aussi fréquent et constant que vous le dites... Je voudrais vraiment qu'on me dise : "Voilà, là, il y a un ççç ou un chchchch" de façon à comprendre comment il se manifeste pour nous, les locuteurs francophones.
    Etant bien entendu que ce son ne peut, de toutes manières, être qu'une variante (individuelle, générationnelle, régionale ou autre...) et qu'il ne joue aucun rôle dans la phonologie du français.
    C'est étonnant, ce son est très répandu. J'ai l'impression que c'est une sorte de tic de langage. Certaines voyelles finales (plutôt les voyelles fermées) sont prolongées par une sorte de chuintement. Oui, phonétiquement cela ressemble assez au ç qu'on entend en Allemand dans ich. Chirac faisait cela très souvent. Mais vraiment beaucoup de gens le font dans certaines circonstances - y compris moi, et je trouve que c'est moche, mais c'est inconscient... je m'en rends compte seulement une fois que je l'ai fait :)
     

    jimquk

    Member
    British English
    C'est étonnant, ce son est très répandu. J'ai l'impression que c'est une sorte de tic de langage. Certaines voyelles finales (plutôt les voyelles fermées) sont prolongées par une sorte de chuintement. Oui, phonétiquement cela ressemble assez au ç qu'on entend en Allemand dans ich. Chirac faisait cela très souvent. Mais vraiment beaucoup de gens le font dans certaines circonstances - y compris moi, et je trouve que c'est moche, mais c'est inconscient... je m'en rends compte seulement une fois que je l'ai fait :)
    Non pas "une fois que je l'ai faihhhhh"?
     
    Top