French: Why are all letters not pronounced?

LeGauloisBrésilien

New Member
Portuguese - Brazilian
Est-ce qu'il y a une raison pour laquelle on ne prononcerait pas toutes les lettres en français ? Est-ce qu'il y a déjà eu un temps où on les prononçait?

Exemple: Je veux = [vø]

Est-ce qu'on a déjà prononcé [vewks] ou [vewʃ] ?
 
  • Swatters

    Member
    French - Belgium, some Wallo-Picard
    Note que ce ne sont pas les lettres qui se prononcent, mais l'orthographe qui représente la prononciation. Et oui, fut un temps où la graphie et la prononciation avaient un rapport plus étroit, mais l'orthographe française s'est développée durant le Moyen-Âge et même si la standardisation et des réformes l'ont modifiée depuis, c'est la prononciation médiévale qui se rapproche le plus de ce que quelqu'un qui connait l'alphabet latin mais pas les normes orthographique du français devinerait. Les <oi> se prononçaient encore [oɪ̯], les<eau> [ə̯aʊ̯] ou [jaʊ̯] les consonnes finales de la graphie correspondaient à des consonnes prononcées à l'oral, de même que les <e> finaux.

    Le cas de "Je veux" est un peu compliqué par contre. Les orthographes qu'on rencontre en ancien français étaient <je voeil>, <je vueil> ou <je voil>, qui toutes représentaient /d͡ʒə vʊ̯eʎ/, ou <je vuel> pour /d͡ʒə vʊ̯el/. L'orthographe moderne ne s'établi qu'en moyen français, et fait suite à plusieurs changements:

    - Les diphtongues /ʊ̯e/ et /eʊ̯/ (orthographiées <ue> et <eu>) fusionnent puis évoluent en une monophtongue /ø/, généralement orthographiée <eu>. <je vuel> /d͡ʒə vʊ̯el/ passe à <je veul> /ʒə vøl/

    - La première personne du singulier en ancien français n'avait pas de suffixe. Vers la fin de cette période, les suffixes /s/ et /e/ des autres personnes du singulier sont empruntées pour combler cette absence (j'aim, il aime -> j'aime, il aime; je preing, tu prenz -> je prens, tu prens -> je prends, tu prends). C'est ce qui arrive à vouloir, dont la première personne prend la forme de la deuxième personne (tu veus /ty vøs/, anciennement tu vueus (ty vʊ̯eʊ̯s/, plus anciennement encore /tu vɔls/)

    - On prend l'habitude d'orthographier les /s/ finaux qui suivent <eu> et <au> par un <x>, d'où l'orthographe <je veux>.

    Donc on n'a jamais prononcé veux comme [vewks] ou [vewʃ] (le x n'a jamais correspondu à un /ʃ/ d'ailleurs), mais on a prononcé boites /'boɪ̯.təs/, parlent /'par.lənt/, accueil /a.'kʊ̯eʎ/ et lissez /li.'sets/, par example
     

    LeGauloisBrésilien

    New Member
    Portuguese - Brazilian
    Note que ce ne sont pas les lettres qui se prononcent, mais l'orthographe qui représente la prononciation. Et oui, fut un temps où la graphie et la prononciation avaient un rapport plus étroit, mais l'orthographe française s'est développée durant le Moyen-Âge et même si la standardisation et des réformes l'ont modifiée depuis, c'est la prononciation médiévale qui se rapproche le plus de ce que quelqu'un qui connait l'alphabet latin mais pas les normes orthographique du français devinerait. Les <oi> se prononçaient encore [oɪ̯], les<eau> [ə̯aʊ̯] ou [jaʊ̯] les consonnes finales de la graphie correspondaient à des consonnes prononcées à l'oral, de même que les <e> finaux.

    Le cas de "Je veux" est un peu compliqué par contre. Les orthographes qu'on rencontre en ancien français étaient <je voeil>, <je vueil> ou <je voil>, qui toutes représentaient /d͡ʒə vʊ̯eʎ/, ou <je vuel> pour /d͡ʒə vʊ̯el/. L'orthographe moderne ne s'établi qu'en moyen français, et fait suite à plusieurs changements:

    - Les diphtongues /ʊ̯e/ et /eʊ̯/ (orthographiées <ue> et <eu>) fusionnent puis évoluent en une monophtongue /ø/, généralement orthographiée <eu>. <je vuel> /d͡ʒə vʊ̯el/ passe à <je veul> /ʒə vøl/

    - La première personne du singulier en ancien français n'avait pas de suffixe. Vers la fin de cette période, les suffixes /s/ et /e/ des autres personnes du singulier sont empruntées pour combler cette absence (j'aim, il aime -> j'aime, il aime; je preing, tu prenz -> je prens, tu prens -> je prends, tu prends). C'est ce qui arrive à vouloir, dont la première personne prend la forme de la deuxième personne (tu veus /ty vøs/, anciennement tu vueus (ty vʊ̯eʊ̯s/, plus anciennement encore /tu vɔls/)

    - On prend l'habitude d'orthographier les /s/ finaux qui suivent <eu> et <au> par un <x>, d'où l'orthographe <je veux>.

    Donc on n'a jamais prononcé veux comme [vewks] ou [vewʃ] (le x n'a jamais correspondu à un /ʃ/ d'ailleurs), mais on a prononcé boites /'boɪ̯.təs/, parlent /'par.lənt/, accueil /a.'kʊ̯eʎ/ et lissez /li.'sets/, par example
    Merci beaucoup. Ce que j'avais dit sur le /ʃ/ n'était q’une vision lusophone du français mdr. J’ai bien compris. Merci.
     
    < Previous | Next >
    Top