Jean Cocteau

dathrilla

Senior Member
American English, New York
Bonjour,

J'ai une dissertation la-dessus, auriez-vous des commentaires concernant cette citation par Jean Cocteau?

" Il ya un utile et un inutile en art. La majorité du public ne ressent pas cela, envisageant l'art comme une distraction."


 
  • Il y a évidemment des arts qui sont directement issus de l'utile, de l'utilitaire même. Outre le design, la peinture a servi (cela n'a jamais été son objectif principal) à faire parvenir à un dauphin le visage de celle qu'on lui destinait, en provenance d'une cour étrangère. La musique servait à faire danser (certes, la danse est une distraction, mais du point de vue du musicien, faire danser est une tâche utile, voire utilitaire). L'architecture a un rôle utilitaire évident.

    Mais il y a bien d'autres choses.

    D'abord, le texte de Cocteau ne me paraît pas bien d'aplomb, car "distraction" n'est pas le contraire d' "utile". Il y a des distractions utiles, formatrices (on démontre que le jeu entre enfants est éminemment fomateur pour eux), et des métiers à l'utilité peu évidente (qui sont en général des nids à dépressions). Il est certain que la plupart des gens considèrent que l'art n'est pas un bon métier que l'on pourrait, par exemple, recommander à ses enfants : trop aléatoire, et il faut pour vendre sa production d'autres qualités que le génie propre, comme on le sait depuis Mozart. Nous disons souvent en France "l'art ne nourrit pas son homme" - alors que parfois, il le nourrit TRES bien.

    A partir de ce point de vue utilitariste, l'art est à considérer comme un passe-temps, une occupation qui nécessairement passera après la formation, le métier, la vie de famille, le culte...

    Mais ce que veut dire Cocteau n'est pas de cet ordre. Il ne parle pas de l'utilité de l'art pour l'artiste, mais pour la société. Peut-être veut-il dire que l'art utile est celui qui éveille et nourrit chez l'individu le sens esthétique, l'aspiration au Beau - les Grecs amalgamaient le Beau et le Bien (moral).
    On peut aussi dire qu'il ne s'agit là que d'une satisfaction des sens dont la nature fondamentale n'est pas différente de la gourmandise ou de la sensualité : c'est le point de vue protestant.
    De ce point de vue, l'art est complètement inutile (c'est pour cela que la civilisation américaine est beaucoup plus avancée au plan matériel qu'au plan artistique : par rapport à la moyenne des civilisations, elle a produit beaucoup MOINS d'oeuvres d'art que beaucoup de civilisations qui furent moins avancées au plan du bien-être).

    Une dernière remarque de détail : c'est dans ce sens de l' "inutilité" ou de la gratuité de l'art que nous disons en français ou en anglais "jouer d'un instrument".

    En fait, la question essentielle pour disserter, c'est : utile ou inutile, de quel point de vue ? Selon quel(s) critère(s) ?
     
    Merci pour une reponse très complète et utile. C'est bien compliqué cet énoncé!
     
    Back
    Top