laissé(e)(s) + infinitif - accord du participe passé de "laisser"

Discussion in 'Français Seulement' started by annief88, Oct 29, 2006.

  1. annief88 Member

    Poland, Warsaw
    Poland Polish
    salut!

    Je voudrais que quelqu'un m'explique l'accord du participe passé:
    Dans mon livre de grammaire j'ai lu:
    Malheureusement, je ne vois pas la différence entre ces deux phrases... peut-être quelqu'un peut me dire quelle est la différence: faire l'action de l'infinitif et ne pas faire...?

    merci

    Note des modérateurs : Plusieurs fils ont été fusionnés pour créer celui-ci.
     
    Last edited by a moderator: Oct 16, 2011
  2. Lezert

    Lezert Senior Member

    Midi-Pyrénées
    french, France
    dans le premier cas : le COD est "les réunions", le verbe à l'infinitif est "diriger". est ce que les réunions dirigent? non ( c'est le collaborateur qui ferait l'action de diriger

    dans le deuxième: le COD est "les gens" le verbe est "entrer": est que les gens entrent? oui
     
  3. CABEZOTA Senior Member

    Paris/Madrid
    french
    Vous verrez la différence de sens entre ces deux phrases en les reformulant :

    "Les gens qu'il a laissés entrer."
    "Il a laissé les gens entrer". Qui est entré ? "Les gens", agent ("sujet") de l'infinitif.

    "La réunion qu'il a laissé diriger par ses collaborateurs".
    *Il a laissé la réunion diriger (par son collaborateur) ? Non > Il a laissé son collaborateur diriger la réunion (réunion = COD de l'infinitif)

    *******************

    En fait on se contente ici d'appliquer, à un cas un peu particulier, la traditionnelle règle d'accord du COD placé avant ; il faut repérér où sont les COD, et à quoi ils se rapportent. Le participe s'accorde si le COD SE RAPPORTANT A CE PARTICIPE est placé avant.

    Le verbe laisser a-t-il ici un COD ? Traditionnellement, on analyse l'infinitif "diriger" comme COD de "laissé". Si c'est effectivement le cas, il est de toute façon placé après, donc pas d'accord.
    Mais cette interprétation est criticable, car en réalité la place du COD n'est pas occupée ici : on laisse QUELQU'UN (COD) diriger quelque chose. Ce "Quelqu'un", ici manquant, occuperait la place vacante du COD tout en étant agent de l'infinitif. En rétablissant le COD du participe, on en arrive à votre autre exemple...

    *************************************

    Ca, c'est la règle traditionnelle... mais il faut savoir que la réforme orthographique de 1990 préconise dans TOUS LES CAS de laisser le participe passé invariable après "laisser" ("les gens qu'il a laissé entrer").
     
  4. gvergara

    gvergara Senior Member

    Santiago, Chile
    Español
    Salut:

    Je pensais qu'il ne fallait pas faire l'accord du participe passé lorsqu'on met le complément d'objet direct avant le groupe verbal laisser + Inf, mais dans la phrase suivante, laquelle j'ai vue dans le roman que je suis en train de lire, on l'a bien fait. Vous connaissez la règle exacte ? Merci d'avance, à tôt

    Il avait failli retirer la main comme s'il l'avait laissée tomber dans un noeud de vipères.

    GonzalO
     
  5. Paquita

    Paquita Mode in France (Fr-Es)

    France (Limousin)
    français/France
    Bonjour

    Regarde ici surtout à la fin !!!!
     
    Last edited by a moderator: Oct 16, 2011
  6. viera Senior Member

    Paris suburb
    English/French/Slovak
    Accord du participe passé suivi d'un infinitif.

    J'ai appris à l'école qu'il faut se demander si c'est le sujet qui fait l'action exprimée par le verbe à l'infinitif. Si oui, il faut accorder.

    C’est une pianiste que nous avons déjà entendue jouer plusieurs fois.
    Est-ce la pianiste qui joue ? Oui. Alors il faut faire l'accord.

    C’est une symphonie que nous avons déjà entendu jouer plusieurs fois.
    Est-ce la symphonie qui joue ? Non. Alors ne pas faire d'accord.
     
  7. ArsènePlus Member

    Français, France
    Bonjour à tous. Une question de grammaire certainement récurrente mais pour laquelle je ne parviens à trouver que des exceptions, et jamais vraiment la règle!
    Dans "Elle s'est souvent laissé[e] inspirer par des idées reçues", doit-on accorder "laisser"?

    Merci pour votre aide.
    Amicalement.
    Arsène.
     
  8. snarkhunter

    snarkhunter Senior Member

    France, Région parisienne
    French - France
    Ce n'est pas elle qui a inspiré, elle a été inspirée. C'est pour cette raison qu'il n'y a pas d'accord : dans cette phrase, le sujet du verbe "laisser" (donc "elle") n'est pas le sujet du second verbe.
     
  9. Maître Capello

    Maître Capello Mod et ratures

    Suisse romande
    French – Switzerland
    En fait, tu as le choix : autrefois il fallait faire l'accord (et il est même encore recommandé par plusieurs grammairiens puisque l'auxiliaire est être), mais l'accord moderne est celui donné par snarkhunter.

    Quoi qu'il en soit, les rectifications orthographiques de 1990 recommendent l'invariabilité systématique dans ce cas précis (laisser + <infinitif>)…

    Le Bon Usage :
     
    Last edited: May 22, 2009
  10. B.A.-BA New Member

    dutch
    Sur le fond, j'admets que vous avez raison mais l'argument qu'on peut faire l'accord "puisque l'auxiliaire est être", n'est - me semble-t-il - pas correct: il s'agit ici d'un emploi pronominal et tous les verbes pronominaux sont conjugués avec être. Par contre, on peut faire l'accord parce que "se" est "sans fonction logique".
    Le plus simple, bien sûr, c'est de ne pas accorder les participes "laissé" et "fait" lorsqu'ils sont suivis d'un infinitif (comme vous le dites, d'ailleurs).
     
    Last edited by a moderator: Feb 20, 2011
  11. Maître Capello

    Maître Capello Mod et ratures

    Suisse romande
    French – Switzerland
    Oui, justement ! En toute logique et conformément à l'histoire de la langue française, tous les verbes conjugués avec être, y compris les verbes pronominaux, devraient voir leur participe accordé avec le sujet…
     
  12. Juliius New Member

    Français
    Bonjour,

    J'hésite entre deux constructions :

    Il la remercie de les avoir laissées pousser.
    Il la remercie de les avoir laissé pousser.

    “les” = des nattes
    Je n'arrive pas à savoir si les nattes font l'action ou si elles subissent l'action. “Laisser” doit-il s'accorder ici ?

    Merci d'avance.
     
  13. Lacuzon

    Lacuzon Senior Member

    France
    French - France
    Bonjour,

    J'accorderais car ce sont les nattes qui poussent, mais certains considèrent qu'à l'instar de faire, le participe passé de laisser, lorsqu'il est suivi d'un infinitif, reste toujours invariable.
     
  14. CCeline New Member

    anglais - Angleterre
    Bonjour,

    J'aimerais savoir si on fait l'accord dans la phrase suivante:

    Je l'avais laissé(e) mijoter pendant une heure. (Le " l' " dans cette phrase est féminin)

    Est-ce que c'est comme "faire + infinitif" où on ne fait pas l'accord? Ou est-ce que c'est nécessaire?

    Merci d'avance!
     
  15. tilt

    tilt Senior Member

    Nord-Isère, France
    French French
    Dans Je l'avais fait mijoter, le pronom l' est complément de mijoter et non de faire, d'où l'absence d'accord du second.
    À l'inverse, dans Je l'avais laissée mijoter, le pronom est complément de laisser, qui demande donc l'accord.

    Il suffit de remettre le nom dans la phrase pour s'en rendre compte, car il ne prend alors pas la même place :
    - J'ai fait mijoter la préparation.
    - J'ai laissé la préparation mijoter.
     
  16. Francobritannocolombien Senior Member

    Canada
    French - "transatlantic"
    Je connais la règle traditionnelle de l'accord du participe passé avec "laisser" suivi d'un infinitif, qu'on recommande depuis 1990 de ne jamais accorder, alors qu'avant 1990 on aurait dû selon les règles traditionnelles faire une distinction entre "elle s'est laissé enfermer" et "elle s'est laissée mourir de faim". Mon but n'est pas de prendre parti mais de pouvoir rendre compte de la règle que Jules Verne a observée (ou non) dans une phrase que je viens de lire dans Les enfants du Capitaine Grant:

    "Puissent se réaliser les espérances que je vous ai laissé concevoir !"

    Je précise que le "vous" en question est ici un pluriel puisqu'il s'adresse aux deux enfants. Dans cette phrase je me serais attendu à trouver laissés. Est-ce que Jules Verne anticipait la règle de 1990, ou est-ce qu'il y a autre chose qui m'échappe? Par exemple, est-ce que vous, qui me semble pourtant être à la fois l'objet direct de "ai laissé" et le sujet de "concevoir", est considéré comme un objet indirect de ai laissé en grammaire traditionnelle? Considérait-on qu'il était plus correct de dire "elle leur a laissé concevoir des espérances" plutôt que "elle les a laissés concevoir des espérances"? Si oui, est-ce encore la norme aujourd'hui en grammaire traditionnelle? "Je leur laisse faire ce qu'ils veulent" est-il par exemple considéré plus "correct" que "je les laisse faire ce qu'ils veulent"?
     
  17. Coquecigrue Senior Member

    French (France)
    Bonjour,

    Je ne comprends pas bien votre dilemne si vous connaissez la règle traditionnelle. Jules Verne ne voyage pas dans le futur grammatical, il suit cette règle.
    "espérances" est COD de l'infinitif "concevoir", donc pas d'accord.
     
  18. Francobritannocolombien Senior Member

    Canada
    French - "transatlantic"
    Ce n'est pas avec "espérances" mais avec "vous" que je m'attendais à trouver un accord, donc je m'attendais à trouver "laissés" (pas "laissées", mais pas "laissé' non plus).
     
  19. CapnPrep Senior Member

    France
    AmE
    Voici quelques exemples pertinents du même roman :
    • Mais il se vit observé par Kai-Koumou, et, par prudence, ne voulant pas lui laisser deviner que l’une des captives fût sa femme, il refoula ses pensées dans son coeur et observa les rives du fleuve avec une parfaite indifférence.
    • Pourquoi, mon fils, pourquoi n’as-tu pas laissé Thalcave ou moi tenter cette dernière chance de te sauver?
    • John Mangles laissa Glenarvan suivre les opérations commencées
    Il semble donc utiliser la construction directe pour les compléments nominaux (placés entre laisser et l'infinitif transitif), et la construction indirecte pour les pronoms (placés devant laisser).

    Voici d'autres exemples du datif pris dans d'autres œuvres :
    • Ainsi, Palmyrin Rosette fut le seul à savoir qu'une rencontre aurait lieu entre la terre et cette comète que le ciel des Baléares lui avait laissé voir, tandis que, partout ailleurs, elle se dérobait aux regards des astronomes. (Hector Servadac)
    • pour amener M Sarrasin à composition, il fallait un peu traîner les choses afin de ne pas lui laisser connaître que lui, Schultze, était déjà prêt à une transaction. […] Le lendemain, il écrivit au docteur en lui laissant entrevoir que Herr Schultze ne serait peut-être pas opposé à toute idée d' arrangement. (Les Cinq cents millions de la Bégum)
    • Il fallut lui laisser reprendre haleine, car il eût été incapable de continuer son récit. (Le Château des Carpathes)
    Mais j'ai aussi trouvé quelques pronoms accusatifs :
    • Je le laissai exhaler sa mauvaise humeur tout à son aise, sans lui répondre. (Vingt milles lieues)
    • Il fallait les laisser prendre terre […] Est-ce que nous les laisserons courir nos forêts,
      nos champs, nos prairies ? (L'Île mystérieuse)
    Voir le fil suivant :
    Laisse-le en manger / Laisse-lui-en manger
     
    Last edited: Dec 11, 2013
  20. OLN

    OLN Senior Member

    France
    French - France, ♀
    Je ne pense pas que la réforme soit passée par là.

    La question n'est pas J'ai laissé qui ? Vous deux (Je vous ai laissés), mais Je vous ai laissé quoi ? Concevoir des espérances.

    […]
     
    Last edited by a moderator: Dec 26, 2016
  21. Francobritannocolombien Senior Member

    Canada
    French - "transatlantic"
    […]

    Je remarque que les règles citées parlent d'accusatif et de datif, mots que je n'avais encore jamais vu appliquer au français, et qui ont l'avantage de mettre clairement l'accent sur la forme du pronom plutôt que sur la fonction grammaticale de ce qu'il remplace. Je remarque aussi que les principes énoncés notamment par Grevisse mettent souvent "faire" et "laisser" dans le même panier. Personnellement je crois que j'utiliserais plus volontiers le datif avec "faire " qu'avec "laisser" dans le cas où ces verbes sont suivis d'un infinitf transitif avec COD. Par exemple "je leur fais manger des nouilles" me semble tout à fait normal, mais "je leur laisse manger des nouilles" me semble moins spontané que "je les laisse manger des nouilles". En tout cas, j'ai maintenant la réponse à ma question sur la règle qu'observait Jules Verne. Merci encore.
     
    Last edited by a moderator: Dec 26, 2016

Share This Page

Loading...