manière de relever l'épée et de vous piquer le front

Charlie Parker

Senior Member
English Canada
Je suis tombé sur une phrase dans Le père Goriot de Balzac qui me pose problème. C'est l'emploi pronominal du verbe piquer que je ne comprends pas. Vautrin parle à Eugène d'un duel qu'il a provoqué entre deux hommes dont un il veut faire tuer. Il dit
Ce petit Taillefer est très fort à l'épée,...; mais il sera saigné par un coup que j'ai inventé, une manière de relever l'épée et de vous piquer le front.
Moi, j'aurais écrit « et de piquer le front de votre adversaire. » Pourquoi ce vous ? Quelqu'un peut-il me l'expliquer ? Merci d'avance.
 
  • Garoubet

    Senior Member
    French - France, Quebec
    C'est une utilisation générique, un peu le pendant du on qui lui s'applique à nous au sens large. C'est assez souvent utilisé.
    Bien sûr qu'il aurait pu dire de piquer le front de votre adversaire, mais cette formulation fait la même chose.
    Dans le même ordre d'idée, on peut dire par exemple; ce type là à une manière de vous regarder particulièrement insistante; vous remplace "son interlocuteur" et ne s'adresse pas forcément à la personne à qui on parle. C'est plus large.
     
    < Previous | Next >
    Top