mots en "-ing", digramme "ng" - prononciation : [ŋ] / [ŋg] / [ɲ] ?

Readomingues

Senior Member
Portuguese - Brazil
Je voudrais savoir comment on prononce en français la terminaison des mots d’origine anglaise comme ‘parking’, ‘marketing’, jogging’, etc. Est-ce que c’est la même prononciation de la graphie ‘gn’ comme dans mignon, agneau, etc?
Merci beaucoup.
 
  • SergueiL

    Senior Member
    Français
    Bonjour,
    Les mots finissant en ng ne pourraient pas être lus comme dans agneau ou mignon puisque l'ordre des deux consonnes y est inversé.
    En français, la finale ing des mots d'origine anglaise se prononce [ŋ] comme dans la prononciation anglaise.
     

    Stephanagreg

    Senior Member
    FRANCE FRENCH
    Le français semble compter aujourd'hui dans son inventaire phonémique à la fois une consonne nasale palatale (/ɲ/, p. ex. dans agneau, ignifugé, etc.) et une nasale vélaire (/ŋ/, dans parking et de multiples emprunts à l'anglais, ou parfois dans les onomatopées bing ! ou bang !), même si la nasale palatale est souvent réinterprétée comme une suite de nasale alvéolaire (/n/) + spirante palatale voisée (/j/).

    Cet état de fait est probablement à attribuer à l'influence de l'anglais. Car certains locuteurs prononcent encore ces mots avec /ng/. Dans de telles prononciations, la nasale vélaire peut être considérée comme un simple allophone du phonème /n/ (théoriquement une nasale dentale) sous l'influence de la plosive vélaire qui suit (/g/).

    A force d'entendre de l'anglais, le /g/ disparaît et seule demeure la nasale dans ces mots et dans les emprunts plus récents (marketing, stretching, etc.).

    C'est ainsi que l'anglais a enrichi d'un élément notre système consonantique...
     
    Last edited:

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Car certains locuteurs prononcent encore ces mots avec /ng/. […]
    A force d'entendre de l'anglais, le /g/ disparaît et seule demeure la nasale dans ces mots et dans les emprunts plus récents (marketing, stretching, etc.).
    Vraiment ? En français, je n'ai jamais entendu [ng] ni [n] ; uniquement [ŋ]. Peut-être s'agit-il de prononciations régionales ?
     

    Stephanagreg

    Senior Member
    FRANCE FRENCH
    Désolé, Maître Capello. J'ai dû mal m'exprimer. Je voulais dire "seule demeure la nasale vélaire". (Je ne pense pas qu'on entende [n], en effet.)

    Enfant, je prononçais parking avec /ng/ (il s'agit des phonémes, mais la réalisation phonétique de cette suite était [ŋg]), et ai encore le souvenir de prononciations analogues de bing ! ou de marketing. Il faudrait retouver certains vieux dictionnaires qui proposaient une transcription phonétique.
     
    Last edited:

    Readomingues

    Senior Member
    Portuguese - Brazil
    Merci à tous. Je vous ai posé cette question parce que quelques fois j’ai l’impression d’écouter des personnes dont la langue maternelle est le français prononçant cette terminaison ‘ing’ comme si c’était la graphie ‘gn’ du français. Par exemple : parking = ‘parkigne’.
     

    Chimel

    Senior Member
    Français
    Oui, c'est vrai, on peut parfois entendre ça: soit par dérision, soit par méconnaissance ou difficulté à reproduire la prononciation anglaise.
     

    OLN

    Senior Member
    French - France, ♀
    Vraiment ? En français, je n'ai jamais entendu [ng] ni [n] ; uniquement [ŋ]. Peut-être s'agit-il de prononciations régionales ?
    Je n'ai jamais entendu [ng] en fin de mot, et c'est certainement difficile à prononcer ou de faire la liaison entre [g] et le mot suivant (exemple: un parking_aérien).

    Stephanagreg, pensais-tu à la découpe et à la prononciation française courante de noms comme Birmingham et Buckingham, qui résultent en une sorte d'hybride [-iŋgam] ?
     

    Stephanagreg

    Senior Member
    FRANCE FRENCH
    Oui, OLN, mais pas seulement. Il y a une trentaine d'années, dans la région où j'ai grandi en tout cas, parking ou camping étaient régulièrement prononcés avec une suite nasale + plosive. (Les phénomènes de liaison doivent probablement être envisagés de manière disctincte.)

    Il serait intéressant de metre la main sur un dictionnaire des années 1980 et de voir comment ces termes étaient transcrits en français de référence.
     
    Last edited:

    WAMES.UY

    Senior Member
    Portuguese - Brazil
    Bonjour,

    Je sais que les questions concernant la phonétique ne sont pas tout à fait le but de ce forum, mais c'est quelque chose que m'intrigue depuis hier. Tous les dictionnaires que j'ai consultés donnent la transcription /-ɪŋ/ pour la finale -ing des mots empruntés à l'anglais, mais j'ai demandé a plusieurs français quelle était la prononciation correcte et on m'a dit qu'on fait toujours entendre le g ("inngue"). Alors, quelle est la prononciation la plus courante: /-ɪŋ/ ou /-ɪŋg/ ?

    Merci à l'avance.

    William
     

    Kerrilynn

    Member
    French - France
    Bonjour,

    pour compliquer la chose, en fait les deux prononciations sont utilisées car il existe différents accents, plus ou moins forts selon l'origine géographique, par exemple selon que l'on vient du nord ou du sud de la France :). Néanmoins, en référence à l'origine anglaise de ces mots, il est d'usage de prononcer le g.
     

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Le g est de toute façon réalisé en partie puisqu'il est inclus dans [ŋ]. Je n'ai pour ma part jamais entendu que des finales en [-iŋ], qui est la prononciation dite standard comme indiqué dans les dictionnaires. Je pense d'ailleurs que [-iŋg] est imprononçable ; ceux qui font sonner le g disent plutôt [-iŋgø].
     

    Terio

    Senior Member
    Français (Québec)
    Je pense que, à moins de faire un effort, en français, je prononce parking comme digne.
     

    Chimel

    Senior Member
    Français
    Moi pas: je le prononce comme "ping" (de ping-pong) ou Viking.

    Prononcer "gne" n'est d'ailleurs pas facile ou naturel dans d'autres mots en -ing comme "zoning": [zonigne]?
     

    clamor

    Senior Member
    French - France
    Oui, OLN, mais pas seulement. Il y a une trentaine d'années, dans la région où j'ai grandi en tout cas, parking ou camping étaient régulièrement prononcés avec une suite nasale + plosive. (Les phénomènes de liaison doivent probablement être envisagés de manière disctincte.)

    Il serait intéressant de metre la main sur un dictionnaire des années 1980 et de voir comment ces termes étaient transcrits en français de référence.
    C'est encore très courant de prononcer [ŋg]. Alors que [ŋ] seul sonnerait bizarrement.

    Il serait intéressant de metre la main sur un dictionnaire des années 1980 et de voir comment ces termes étaient transcrits en français de référence.
    Dans mon Larousse (1985) ils sont transcrits avec la palatale (équivalent à "ign").
     

    Bezoard

    Senior Member
    French - France
    Il faut examiner ces constatations de plus près.
    D'abord, le mot "parking" est entré assez tard dans le PLI (1959). Voici trois photos des entrées dans les éditions respectives de 1970, 1983 et 1989.
    1970

    1983

    1989

    On constate qu'en 1970, le son ng est correctement transcrit à l'anglaise avec [ŋ]. C'est à mon avis une transcription théorique de comment le mot devrait être prononcé et certainement pas une image sonore de ce que la majorité de la population francophone réalisait à cette époque.
    En 1983, on voit la transcription [ɲ] qui correspond au son "ign" mentionné par clamor dans son Larousse de 1985. Est-ce erreur, une confusion entre [ɲ] et [ŋ], ou un désir de mieux refléter l'usage français ?
    En 1989, retour à la transcription théorique [ŋ] et celle-ci semble s'être maintenue jusquà aujourd'hui.
     
    Last edited:

    clamor

    Senior Member
    French - France
    En 1983, on voit la transcription [ɲ] qui correspond au son "ign" mentionné par clamor dans son Larousse de 1985. Est-ce erreur, une confusion entre [ɲ] et [ŋ], ou un désir de mieux refléter l'usage français ?
    En 1989, retour à la transcription théorique [ŋ] et celle-ci semble s'être maintenue jusquà aujourd'hui.
    D'ailleurs, en tant qu'amateur de Queneau, je pourrais ajouter que dans ses "francisations" de prononciations populaires de mots étrangers, il écrivait "standigne" etc.
     
    Top