(ne/n'en faire) ni une, ni deux

cici_ouisa

Senior Member
Japanese
Bonne année à tous,Pouvez-vous m'expliquer 'ni une ni deux' dans la situation suivante :'J'ai vu l'annonce pour le poste dans le journal, ni une ni deux, je m'suis dit que j'avais le profil idéral pour ce travail .'Merci beaucoup.:D

Note des modérateurs : Plusieurs fils ont été fusionnés pour créer celui-ci.
 
Last edited by a moderator:
  • W2046

    Senior Member
    Irlande (English)
    Bonsoir à toutes et à tous,

    En lisant la revue Saveurs, je tombe sur le texte suivant:

    Manger sur les pousses
    D'épinard, de roquette, de betterave ou de moutarde, ces jeunes feuilles
    déjà pleines de caractère passent ni une ni deux du jardin a l'assiette

    Le titre, je comprends, est un jeu de mots. Ce qui me chagrine est la partie: "passent ni une ni deux...

    Est-ce quelqu'un voudrait bien m'expliquer? Merci beaucoup.:)
     

    Lune bleue

    Senior Member
    French - France
    "Ni une, ni deux" = très rapidement. Il n'y a pas plusieurs étapes pour préparer les pousses, elles sont mangées telles qu'on les trouve dans le jardin, donc directement du jardin à l'assiette (en les lavant au préalable j'espère...).
     

    Haricophile

    Member
    French from France
    C'est une expression populaire assez classique et, je pense, originaire des techniques utilisées par les bonimenteurs de foire et marchés pour faire durer le suspens et grossir l'effet du discours. Je dirais que l'effet donné dans le discours est plus important que la signification sémantique, mais tu peux prendre ça comme "on saute le pas", "il ne faut pas y réfléchir à 2 fois". A mettre en opposition au 1, 2, 3 que l'on fait avant de pousser ensemble un obstacle lourd.

    Bref, sans réfléchir ça donne un truc du genre : « Je vous vends la marmite et en plus, attention écoutez bien mesdames, je ne fais ni une, ni deux, mais j'offre 3 casseroles assorties tout ça pour ce prix ridiculement bas ! Je vous vends, que dis-je, je vous fais cadeau de ces 4 magnifiques ustensile inox tous feux de première qualité à ce prix incroyable mesdames, il n'y en aura pas pour tout le monde...».

    A mon avis, un cuisinier ça doit fréquenter assidument les marché :D
     

    Gemmenita

    Senior Member
    Azéri
    Ah, quelle expression intéressante et bien utile! Surtout plus intéressante par les explications de Haricophile.:thumbsup:

    Bonjour à tous,

    Là, j'ai deux questions:

    1. À votre avis, pourquoi 'une'? Ce 'une' vient d'où? Peut-être de 'une seconde' ou quoi?

    2. Est-ce que dans le langage courant et quotidien, les Français l'utilisent souvent?

    par exemple:

    - Quand le temps manque, un prof pourrait dire:
    Bon, passons ni une ni deux à la page suivante!

    ou

    -Un directeur à un secrétaire:
    Envoyez ni une ni deux ce fax, l'entreprise X est en ligne.

    Merci beaucoup d'avance :)
     

    SergueiL

    Senior Member
    Français
    Cette expression est plutôt du registre familier. Sauf cas particulier ni un professeur devant ses élèves, ni un directeur à une secrétaire ne l'emploieraient naturellement, sauf sur le ton de la plaisanterie.
     

    Haricophile

    Member
    French from France
    Là, j'ai deux questions:
    1. À votre avis, pourquoi 'une'? Ce 'une' vient d'où? Peut-être de 'une seconde' ou quoi?
    Non, c'est le nombre 1 de quelqu'un qui compte : 1 mouton, 2 moutons....

    Je n'ai pas fais de recherche, je me suis basé sur mon expérience des marchés. Je peux me tromper sur l'origine de l'expression, mais c'est vraiement employé dans des contexte précis. Ça pourrait aussi venir d'une technique de vente, comme la vente «a la criée» : une forme de vente aux enchères pour vendre le poisson de la marée pratiquée dans les ports.

    2. Est-ce que dans le langage courant et quotidien, les Français l'utilisent souvent?
    Non, sauf dans les contextes que j'ai cité, ça peut arriver de la rencontrer mais c'est rare. On doit sûrement la trouver dans quelques romans. En général (de mémoire) c'est sous la forme : «Il n'a fait ni une ni deux» pour dire qu'il l'a fait impulsivement sans prendre le temps de réfléchir.

    par exemple:
    - Quand le temps manque, un prof pourrait dire:
    Bon, passons ni une ni deux à la page suivante!

    ou

    -Un directeur à un secrétaire:
    Envoyez ni une ni deux ce fax, l'entreprise X est en ligne.
    Non, pas du tout. C'est vraiment un effet spectaculaire de discours, réservé au boniment, à une bonne histoire avec beaucoup d'effets ou a une action hors du commun faite dans le mouvement : « Il n'a fait ni une ni deux, il a plongé dans l'eau glacée pour la secourir ». Une page suivante ou un fax n'ont rien de spectaculaire.

    Merci beaucoup d'avance :)
    De rien (^~^)
     

    Gemmenita

    Senior Member
    Azéri
    Parfait! Merci beaucoup à tous les deux!
    Sauf que je m'arrête toujours sur ce 'une' qui est au féminin :confused:, alors que le nombre 1 ou 1 mouton, 2 moutons sont 'un' et au masculin.:cool:
     

    Cintia&Martine

    Senior Member
    Français
    Bonjour,

    J'aventure une explication.
    Dans cette expression fois est sous entendu comme l'avait indiqué implicitement Haricophile.
    "il ne faut pas y réfléchir à 2 fois"
    Ne faire ni une ni deux c'est ne pas hésiter, ne pas s'y reprendre à une/deux fois pour agir.

    Au revoir
     

    Haricophile

    Member
    French from France
    Sauf que je m'arrête toujours sur ce 'une' qui est au féminin :confused:, alors que le nombre 1 ou 1 mouton, 2 moutons sont 'un' et au masculin.:cool:
    Exact. Dans toutes les expressions comme « À trois on pousse : À la une, à la deux, à la trois ! ». Il faut bien voir que le language populaire n'est pas un exemple de grammaire parfaite. A mon avis, tu peux sous entendre : une chose, une fois... des mots féminins. Et puis si tous de monde était berger, on parlerait plus souvent de brebies que de moutons :p
     

    volo

    Senior Member
    français
    Et les soldats qui font un exercice d'ordre serré n'obéissent-ils pas au commandement du gradé "Une! Deux!" au féminin. Or, il paraît que le règlement de l'ordre serré prescrit officiellement un commandement au masculin pour donner le rytme "Un! Deux!" et non pas "Une! Deux!" Pourquoi alors?
     
    Last edited:

    Little Star

    Senior Member
    Persian
    Bonjour,

    Si elle a répliqué un coup de poign, donc par ni une, ni deux, l'auteur parle de nombre de coup de poign qu'elle a adressé?

    "Ni une, ni deux, cette dernière - âgée de 21 ans - a répliqué en adressant un coup de poing dans la figure de son agresseur, lui brisant le nez."

    Merci
     

    Yendred

    Senior Member
    Français - France
    Non, "ni une, ni deux" est une expression idiomatique qui signifie "immédiatement / sans hésiter". Ça n'a rien à voir avec le nombre de coups de poings.
    Voyez aussi cette discussion :
    ne faire ni une ni deux
     

    Piotr Ivanovitch

    Senior Member
    France
    Cette expression lexicalisée découle d'une autre formule, « je compte jusqu'à trois ! », qui prévient (menace ?) qu'il va y avoir une réponse fâcheuse pour l'interlocuteur. Ainsi, « ne faire ni une ni deux » marque une répartie immédiate et désagréable (voire violente, comme dans ton exemple).

    Elle s'utilise également dans un autre contexte, celui d'une prise de décision immédiate, instantanée. On la rencontre dans des situations ou le locuteur pourrait également compter jusqu'à trois (« à la une, à la deux, à la trois !... ») avant de s'engager dans une action difficile ou courageuse (p. ex. sauter dans l'eau glacée...).

    Dans un cas comme dans l'autre, elle a le même sens de « immédiatement / sans hésiter » donné par Yendred.
     

    Charlie Parker

    Senior Member
    English Canada
    Je suis tombé sur cette expression dans Le père Goriot de Balsac : "Oh ! oh ! je n'en ai fait ni une ni deux,..." Je comprends que le père Goriot a agi immédiatement sans réfléchir, mais je ne comprends pas le en. Qu'est-ce que le pronom apporte au sens?
     

    OLN

    Senior Member
    French - France, ♀
    en : de cela
    Je pense que si Balzac ne précise pas de quoi, il s'agit d'un "en explétif" qui n'apporte rien au sens.
     

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Le en ne s'analyse plus précisément de nos jours, faisant partie d'une expression idiomatique, mais il vient en fait du tour vieilli faire de qqch qui signifiait s'occuper de qqch.

    Pour plus de détails sur cette expression, voir l'article correspondant du site Parler français dont voici un extrait :
    À l'origine était l'expression n'en pas faire à deux fois, attestée depuis le XVIe siècle au sens de « finir tout d'un coup » (Antoine Oudin, 1640), « faire la chose tout d'un train » (Joseph Joubert, 1710) […]. Dans son sillage sont apparues la forme positive en faire à deux fois (synonyme du futur « s'y prendre à deux fois ») […] et la variante elliptique en faire (ou n'en pas faire) à deux […] À ceux que la présence du pronom en intrigue, il est généralement répondu, et plutôt deux fois qu'une, que le bougre a ici « une valeur imprécise » comme c'est le cas dans un grand nombre d'expressions rebelles à l'analyse (s'en faire, s'en prendre à quelqu'un, s'en tenir à quelque chose, en finir, etc.). Voire. Car en l'espèce, et à en croire le Dictionnaire du moyen français, faire de quelque chose (parfois de quelqu'un) se dit depuis au moins le XVe siècle au sens de « s'occuper de quelque chose, se décider sur quelque chose ».
     

    Bezoard

    Senior Member
    French - France
    "Oh ! oh ! je n'en ai fait ni une ni deux,..."
    Cet usage du pronom "en" dans cet expression est obsolète. On dirait aujourd'hui "je n'ai fait ni une ni deux".
    Pour d'autres raisons, l'hypocoristique "Nasie" est également peu à la mode aujourd'hui !
     

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Le tour avec en est certes indiqué comme vieilli dans le TLFi (s.v., deux), mais pour moi il est encore vivant. Il ne me choque pas du tout et s'il est certes devenu plus rare de nos jours, on le rencontre encore assez fréquemment dans les écrits littéraires :

    Le marquis n'en fit ni une ni deux (George Sand, André, 1835).
    M. de Münchhausen n'en fait ni une ni deux (André Vayson de Pradenne, Les Fraudes en archéologie préhistorique, 1932).
    Notre moineton n'en fit ni une ni deux (Gérard Boutet, La France en héritage, 2007).
    Elle n'en fit ni une ni deux (Theun de Vries, Les Furies de Pella, trad. de Christian Marcipont, 2013).
    Je n'en fis ni une ni deux (Renato Cisneros, La Distance qui nous sépare, trad. de Serge Mestre, 2017).
     

    Bezoard

    Senior Member
    French - France
    Oui, ça reste quand même marginal et d'ailleurs les seules trois citations récentes sont elles-mêmes sujettes à discussion. Deux sont des traductions et Boutet étudie les coutumes du 19e siècle et sa langue n'est probablement pas très contemporaine. Le mot est dans le contexte de "moineton", lui-même rare et vieilli !
    Donc oui, le tour se rencontre dans les écrits littéraires, mais l'adverbe fréquemment ne doit pas avoir la même signification pour vous et pour moi !
    Il y a un joli billet sur ce sujet ici :
    Ni un(e) ni deux
     
    < Previous | Next >
    Top