ne pas se sentir de joie

reka

Senior Member
slovenian
Bonjour,

S'il vous plaît, qu'est-ce que signifie exactement: »Elle ne se sentait pas de joie«.

C'est dans le conte de Cendrillon.

Elle promit à sa marraine qu'elle ne manquerait pas de sortir du bal avant minuit. Elle part, ne se sentant pas de joie.

Donc, elle n'était pas joyeuse, heureuse?

Merci!
 
  • Lacuzon

    Senior Member
    French - France
    Bonjour,

    Non, c'est le contraire, elle était très heureuse ! Elle était tellement joyeuse qu'elle ne se sentait plus (elle avait perdu ses sens), nous dirions aujourd'hui qu'elle était sur un petit nuage.
     

    coyote333

    New Member
    français
    Un vieux fil de discussion, mais je crois que ça en vaut la peine. "Il ne se sent pas", veut bien dire flotter, être aux anges, au septième ciel ou au neuvième nuage (cloud 9) comme dirait les anglophones. Mais cette explication ne me conviens pas dans le contexte de la fable de la fontaine "le corbeau et le renard". J'ai une autre réponse qui me satisfait et qui pourrais plaire à d'autres. Ça fait plusieurs années que je réfléchis au sens de cette locution "ne se sent pas de joie". Et bien, la réponse est toute simple: le corbeau n'est pas satisfait ! Il n'est pas "encore" heureux, ça lui en prend plus pour être content ! Il n'est pas encore "en joie", pour être "en joie", il doit encore prouver à maître renard qu'il a une belle voix. Il ne se suffit pas de ses flatteries, il doit encore chanter pour montrer sa belle voix. Il pourra alors être satisfait, heureux, "en joie" car il aura prouver à son interlocuteur qu'il ne peut pas douter que son plumage est aussi beau que son chant.
     
    Last edited:

    iuytr

    Senior Member
    French - France
    Bienvenue sur le forum coyote333,

    C'est une interprétation très personnelle ! Elle va à l'encontre de ce qu'on comprend généralement : le Corbeau n'est pas insatisfait de l'affirmation de Renard , au contraire: la flatterie met tellement en joie le Corbeau qu'il perd ses sens, comme expliqué au post #2, c'est presque du sens propre: il oublie (il ne sent plus) qu'il tient un fromage dans son bec et que donc, s'il ouvre son bec ....C'est bien le sens de la morale de la fable.

    Ne pas se sentir de joie est une expression ancienne, une tournure qu'on ne trouve plus en dehors de cette expression (et peut-être dans "ne plus se sentir pisser" 😁) . J'ai trouvé cette explication sur un autre forum :

    "A l'époque classique,la valeur intellectuelle, appréciative du verbe est renforcée par l'emploi pronominal et par le factitif: se sentir signifiait (v. 1650) "savoir de quoi on est capable" "être maître de soi" il ne s'emploie aujourd'hui que sous sa forme négative,par exemple dans "ne pas se sentir de joie"(1668) - Dictionnaire Robert Etymologique ?
     

    Reynald

    Senior Member
    français - France
    Je pense aussi que le sens généralement compris est le bon. Vérification dans la première édition du dictionnaire de l'Académie (1694) :
    Se sentir. Connoistre, sentir en quel estat on est. Je me sens bien, je ne suis pas si malade, qu'on croit. il ne se sentit point mourir. il est si ravy, il a tant de joye, qu'il ne se sent pas. il ne se sent pas de joye.
    Et :
    On dit, Il ne se sent pas de joie, pour dire, Il est si pénétré, si occupé de sa joie, qu'elle lui ôte tout autre sentiment.
    (4e édition)
     

    OLN

    Senior Member
    French - France, ♀
    On trouve également chez Littré (Littré - sentir - définition, citations, étymologie) :
    Ne pas se sentir, être hors de soi par colère, joie, etc.
    À ces mots le corbeau ne se sent pas de joie, La Fontaine, Fabl. I, 2.
    Je suis dans une colère que je ne me sens pas, Molière, Mar. forcé, 6.
    Je ne me sens pas, je l'avoue ; je jette des larmes de joie ; tous mes vœux sont satisfaits, Molière, Festin, V, 1.
     

    coyote333

    New Member
    français
    Oui, j'avoue, cette explication semble plus plausible, et elle est confirmée par tous les ouvrages académiques. Dans le cas de Cendrillon, elle ne se "sent plus" tellement elle est joyeuse.

    Toutefois, j'ai encore un tout petit doute (minuscule) : Dans le cas de Cendrillon, la cloche de minuit est une contrainte à sa joie, tout comme le défi du Renard est une contrainte à la joie du Corbeau. Donc, il ne sont pas "complètement" joyeux. Je vais vérifier s'il n'existe pas un texte de cette époque qui n'expose pas de "contraintes" à la joie exprimée ainsi pour être complètement convaincu.
     
    Top