n'importe (où, comment, quel, qui, quoi, etc.) - temps

Elena_HK

Senior Member
Russian
Bonjour! Est-ce que c'est vrai que dans le tour "n'importe où/ comment/ quel etc" "n'importe" est toujours au présent? C'est-à-dire qu'on ne peut pas dire "n'importait qui est venu"?
 
  • atcheque

    Senior Member
    français (France)
    Bonjour,

    Voilà : N'importe qui était venu, dans le langage courant.
    On trouvera des tournures au passé plutôt littéraires. Cependant attention à la concordance des temps : N'importait qui était venu.
    Il faut aussi faire attention aux locutions : n'importe qui / quoi ... qui désigne quiconque, quoi que ce soit, de manière péjorative.
     
    Last edited:

    Chimel

    Senior Member
    Français
    On trouvera des tournures au passé plutôt littéraires. Cependant attention à la concordance des temps : N'importait qui était venu.
    Même dans un registre littéraire, n'importait qui me choque: as-tu des exemples de cet accord de n'importe au passé?

    D'autre part, n'importe qui/quoi est loin d'avoir toujours une connotation péjorative.
     

    atcheque

    Senior Member
    français (France)

    k@t

    Banned
    Français de France
    Bonjour, :)
    Est-ce que c'est vrai que dans le tour "n'importe où/ comment/ quel etc" "n'importe" est toujours au présent?
    Il y a deux tournures différentes :

    1- la construction impersonnelle il n’+ importer + où / quand / comment / qui / etc.
    Dans ce cas-là, le verbe importer peut se conjuguer. Le pronom impersonnel peut dans certains cas être ellipsé (cf. les exemples donnés par atcheque – hormis peut-être celui de Merci les femmes !, et alors, peut-être est-ce un sénégalisme).

    En français contemporain, on trouvera plutôt la forme il + importer + peu ou la locution peu importe.

    2- les locutions adverbiales (n’importe où / quand / comment), les pronoms indéfinis (n’importe qui / quoi / n’importe lequel), les adjectifs indéfinis (n’importe quel), où le verbe est devenu invariable et reste au présent.
     

    Gérard Napalinex

    Senior Member
    French - France
    À propos de la construction impersonnelle expliquée par Kat, la conjugaison du verbe me semble plus naturelle avec "peu" qu'avec "ne".

    "Peu importait qui serait présent"
    "Peu importera comment elle s'y prendrait"
    plutôt que
    "N'importait qui serait présent"
    "N'importera comme elle s'y prendrait"

    Je pense que cela tient au fait que l'oreille est "choquée" par une forme évoquant une locution adverbiale altérée.
     
    < Previous | Next >
    Top