où, après avoir visité quelque malade, il en sortait, et retournait vers elle .

< Previous | Next >

Gaolixin

Member
Chinois
bonjour les ami(e)s

Charles, en passant, reconnaissait les cours. Il se souvenait de matins comme celui-ci, où, après avoir visité quelque malade, il en sortait, et retournait vers elle .

Svp, Est ce que la subordonée relative introduit par "où" prend "matins" pour l'antécedant?

merci votre aide paravance.
 
  • OLN

    Senior Member
    French - France, ♀
    C'est la même construction que se souvenir du jour où + verbe. Ici, le personnage se souvient de [certains] matins où il faisait cela.

    (je suppose qu'il sortait des visites et non des malades ;))
     

    Gaolixin

    Member
    Chinois
    Merci @Bezoard ,@OLN,

    Si l'on omet le verigule entre "celui-ci" et "où", est ce que l,'antecedant de la subordonee relative passera de "matin" à "celui-ci".?

    Merci votre aide par avance.
     

    Piotr Ivanovitch

    Senior Member
    Français
    Si l'on omet la virgule entre "celui-ci" et "où",
    Cette virgule n'a pas lieu d'être, car la pause dans la phrase est marquée par celle qui encadre l'incise « après avoir visité quelque malade ». On doit de même supprimer la virgule située après « il en sortait » : en effet, on ne sépare pas par une virgule deux propositions coordonnées par « et » si le sujet est le même pour les deux.
    On peut donc les supprimer sans faute ni remord : « Il se souvenait de matins comme celui-ci où, après avoir visité quelque malade, il en sortait et retournait vers elle . »

    Par ailleurs, dans le groupe nominal « des matins comme celui-ci », la comparaison « comme celui-ci » est à prendre en bloc : on aurait pu écrire « des matins calmes / clairs... » sans que l'adjectif ne devienne antécédent ; c'est bien « des matins » qui reste l'antécédent du pronom relatif « où ».
     

    OLN

    Senior Member
    French - France, ♀
    Je pense que la virgule avant est facultative et sert à reprendre son souffle (mais est-ce bien nécessaire, la phrase n'étant pas particulièrement longue ?), éventuellement à imposer un rythme. Elle n'apporte en tout cas rien à la compréhension.
    On n'en mettrait pas si on disait « Il se souvenait des matins où, après avoir... »

    Les pratiques varient toutefois selon les époques et on considère parfois aujourd'hui que certains (grands) auteurs abusaient de ponctuation. De quand date le texte ?
     
    < Previous | Next >
    Top