Place de l'adverbe (français)

El cone

New Member
Español, Perú
Place des adverbes dans une négation

je voudrais savoir la place des adverbes dans une négation, alors que je trouve des constructions telles :" il n'y a même pas d' ascenseur" ; ou encore " je ne peux donc rien faire", c'est à dire quels adverbes peut-on mettre entre ne et pas ?

Merci :)

P.S j'ai trouvé aussi " ne surtout pas qu'il me surprenne comme ça " dans la chanson en attendant ses pas de Céline D.
 
Last edited by a moderator:
  • galizano

    Senior Member
    français
    Se me ocurren algunos. Ne (+verbe) vraiment pas/rien. Ne(+verbe)toujours pas/rien.

    Ne(+verbe) sûrement pas/rien. Ne(+verbe)absolument pas/rien.

    Espero que te haya aclarado tu duda. :)
     
    Last edited:

    Gévy

    Senior Member
    Français France
    Hola El Cone y bienvenido al foro: :)

    No hay una regla fija, y más bien depende de lo que quieres modificar con el adverbio: dar un matiz a la negación, o al verbo.

    Y también depende del tipo de adverbio que sea, de la intención con que lo usamos, si hay que ponerlo en evidencia o no...

    Ex:

    je n'ai jamais faim
    je n'ai jamais bien faim
    Jamais je n'ai faim

    je n'ai rien à dire
    Je n'ai trop rien à dire
    je n'ai jamais rien à dire

    Pero:
    Je n'ai vraiment rien à dire
    Vraiment je n'ai rien à dire
    Je n'ai rien à dire, vraiment.

    "Même pas" es una negación particular: ni siquiera. (no puedes cambiar el orden)

    Lo mejor cuando dudas es buscar el adverbio en el diccionario y mirar cómo y dónde se coloca. No podemos darte una regla fija, práctica e infalible. :(

    Bisous,

    Gévy
     

    Paquita

    Mode in France (Fr-Es)
    français/France
    "Même pas" es una negación particular: ni siquiera. (no puedes cambiar el orden)
    Le CNRTL n'est pas d'accord...:D

    Alceste rêvera encore, au fond de ses bois, d'une énigme dont personne, pas même Célimène, n'a jamais possédé la clef (Mauriac, Journal 2, 1937, p. 172):
    On travaillait en vraies brutes à un travail qui était la punition des galériens autrefois, on y laissait la peau plus souvent qu'à son tour, tout ça pour ne pas même avoir de la viande sur sa table, le soir (Zola, Germinal, 1885, p. 1276).
     
    Top