qui / que - pronoms relatifs

Juan Nadie

Senior Member
Castellano s. XX - Spain
Salut!
Dans la phrase: Il y a un train qui part à dix heures.
Pour quoi c'est qui et ce n'est pas que?
Je pensais que 'qui' était pour les gens, non des objets.

J'ai trouvé ça dans un texte et j'ai écoute ça à une femme à Paris (un enregistrement).

Merçi d'avance pour votre aide!

Note des modérateurs : nous avons fusionné plusieurs discussions pour créer ce fil.
 
Last edited by a moderator:
  • janpol

    Senior Member
    France - français
    "qui" est sujet (qu'il soit une personne, un animal ou une chose)
    "que" est COD, il ne peut pas convenir ici.
     

    LV4-26

    Senior Member
    Tu es sûr que tu ne confonds pas avec le pronom interrogatif ?
    En effet, dans le cas du pronom interrogatif, qui ne s'applique qu'aux personnes.
    Qui est-ce ?
    Qui a laissé le panier de croissant sous le robinet du bidon de pétrole ?
    Qui cherches-tu ?
    De qui parlez-vous?


    CONTRE

    Qu'est-ce que c'est ?
    Que cherches-tu ?
    De quoi parlez-vous ?
     

    timpeac

    Senior Member
    English (England)
    Oui - juste pour finir les exemples:

    Qui a fait ça ? (il s'agit d'une personne uniquement)
    Qu'est-ce qui s'est passé ? (il s'agit d'une chose uniquement)
     

    nia30

    New Member
    Espagnol
    Bonjour! Je veux savoir s'il faut utiliser qui ou que ici: "Les forums sur Internet permettent ainsi de recueillir dans un même espace des données qui d’une autre façon seraient dispersés".
    Merci
     

    proffle

    Member
    French
    qui est le bon choix car il fait le lien entre "les données" (sujet de la phrase) et son verbe "seraient dispersées".
     

    petitm

    Senior Member
    japanese
    Est-ce que cette phrase est correcte?

    Il était la personne qui je croyais que pouvait le faire.

    C'est moi qui la compose.
    Merci d'avance pour vos aides.
     

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Non, il faudrait en fait intervertir qui et que. :) Il ne faut pas oublier que qui est sujet alors que que est complément d'objet direct et qu'il ne peut y en avoir qu'un seul de chaque par proposition :

    Il était la personne que je croyais qui pouvait le faire.

    C'est toutefois un tour littéraire et on aura tendance à plutôt conserver qui en premier, mais à supprimer le second pronom relatif, mettant je croyais en incise :

    Il était la personne qui, je croyais, pouvait le faire.
     
    Last edited:

    petitm

    Senior Member
    japanese
    Oh, merci :p.
    Mais justement, l'antécédent : "la personne", n'est pas exactement le complément d'objet du verbe croire, mais plutôt le sujet du verbe pouvoir : "Je croyais que cette personne pouvait le faire." C'est pour ça que j'ai mis d'abord qui, et puis que.
     

    joyeuselinguiste

    New Member
    Franch
    absolument, petitm! Expliquer pourquoi on dit la personne que je croyais qui pouvait le faire est un casse-tête pour les grammairiens du français... En toute logique, comme on relativise le sujet de "pouvait le faire", on devrait avoir "la personne qui je croyais que pouvait le faire", sur le modèle de "l'endroit où je croyais qu'on irait"); mais en français, on ne peut en principe pas avoir de proposition à verbe conjugué sans sujet exprimé (dans *que pouvait le faire: le qui est "trop loin"); donc le "qui" reste devant son verbe.... et, dieu sait pourquoi, on met le "que" en haut :) La bizarrerie de cette tournure fait qu'aujourd'hui, on préfère effectivement utiliser une incise: La personne qui, je croyais, pouvait le faire
    Beaucoup de dialectes d'oïl (à l'origine du "français populaire"), qui font les relatives en dédoublant la fonction de pronom et celle de subordonnant du relative (la personne qu'elle est venue, l'homme que je t'en ai parlé, l'endroit que j'y suis allé: décumul du pronom relatif), n'ont pas ce problème: ils diraient l'homme que je croyais qu'il pouvait le faire. C'est peut-être là l'origine de l'étrange tournure du français standard: comme ce dernier refuse le décumul du relatif, il a pu réinterpréter le qu'il en qui et l'étendre au féminin. Mais cela reste une hypothèse.
     

    geostan

    Senior Member
    English Canada
    Évidemment, on ne peut pas dire tout simplement: Il était la personne que je croyais pouvoir le faire. Autrement, quelqu'un l'aurat déjà suggéré. Mais on pourrait contourner la difficulté en disant: Il était la personne que je croyais capable de le faire.
     

    CapnPrep

    Senior Member
    AmE
    Voir aussi :
    le pays que je crois qui va l'emporter

    que je veux qui s'ajoute

    Qui est-ce-que tu crois qui
    (FEV)
    Évidemment, on ne peut pas dire tout simplement: Il était la personne que je croyais pouvoir le faire. Autrement, quelqu'un l'aurat déjà suggéré.
    Je ne sais pas si c'est de l'ironie, mais pour que les choses soient un peu plus claires pour petitm : La structure proposée par geostan est en principle possible, « surtout dans la langue écrite » (Le Bon usage §902, b, 5°). À ce sujet, voir aussi :
    FR: une phrase dont je reconnais qu'elle est très paradoxale
     

    Lafinestra

    Member
    Castellano, catalán
    Bonjour !
    Je connais déjà les règles concernant l'emploi de que/qui mais j'ai du mal à decider quelle forme utiliser dans cette phrase à cause d'un probleme de grammaire :

    La poésie, comme toute forme de littérature, a un fort composant subjectif que/qui laisse place à la libre interprétation.

    Le problème qui m'empêche de me décider est que La poésie est le sujet de la phrase principale (la poésie // a un fort composant subjectif), mais qu'il y a après une subordonnée où l'objet direct (un fort composant subjectif) passe à être le sujet, et voilà mon doute.


    Si quelqu'un pouvait m'aider je vous remercierais.

    :)
     
    Last edited:

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Perdu ! ;)

    C'est bien qui qui convient ici, parce que un fort composant subjectif est sujet (et non pas objet) de la proposition relative. En effet :

    Un fort composant subjectif laisse place à la libre interprétation. :tick:
    Place laisse un fort composant subjectif à la libre interprétation. :cross:
     

    Lafinestra

    Member
    Castellano, catalán
    D'accord merci beaucoup !
    par contre, c'est quoi cette règle que vous avez écrit à partir le changement de place des éléments de la phrase ? je ne la conaissais pas
     

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    En principe, le sujet vient avant le verbe et l'objet après. :) Prenons un autre exemple :

    Le loup mange une chèvre.la chèvre que mange le loup = la chèvre que le loup mange
    La chèvre mange un chou.la chèvre qui mange le chou
     

    chercheuse

    Senior Member
    Spanish Costa Rica
    Bonjour,
    Je n'ai pas la moindre idée si dans cette phrase précise je devrais utiliser "Qui" ou "que"... Quelqu'un pourrait-il m'aider?
    Je suis au courant de l'élevée dépense QUI/ QU' implique illuminer nos maisons
    Merci d'avance si vous pouvez m'aider
     

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Posez-vous donc la question de savoir quel est le sujet et quel est le complément d'objet.

    En d'autres termes, quelle phrase a du sens à votre avis ?

    A. La dépense élevée implique d'illuminer nos maisons.
    B. Illuminer nos maisons implique une dépense élevée.
     

    chercheuse

    Senior Member
    Spanish Costa Rica
    Merci pour votre réponse Maître C.! Si je comprends bien votre raisonnement la phrase B est la bonne donc "Illuminer nos maisons" devrait être le sujet... Alors, ça devrait être: "Je suis au courant de la dépense élevée qu'implique illuminer nos maisons".
    Quelqu'un pourrait-il me confirmer que c'est correct, au cas où, s.v.p.?
     
    Top