venir avec, faire sans, etc. - préposition en fin de phrase, complément implicite

< Previous | Next >

Haehoo Choi

Member
Korean
1. La grammaire est très important! Impossible d'apprendre sans!

2. Je n'ai pas rajouté glaçage au dessus du gâteau parce que je le trouve très bon sans

3. - Tu as quelque chose à manger?
-Oui, j'ai des crêpes. Tu veux du sucre avec?


Dans les exemples ci-dessus la préposition n'est pas suivie par des nom, ce qui est pourtant la règle génèrale de la grammaire française.
Comment peut-on expliquer cet usage??
 
  • Michelvar

    Quasimodo
    French / France
    Bonjour,

    C'est un emploi adverbial qui permet de ne pas répéter un élément quand le sens est évident.

    En général cet emploi est réservé aux objets ("... parce que je le trouve très bon sans glaçage"), ou aux actions ("... impossible d'apprendre sans étudier la grammaire") .
    Par exemple il n'est pas correct de dire "j'aime beaucoup ton frère, tu viendras avec ?", même si cette structure, dérivée de l'allemand, se rencontre en Belgique ou en Alsace par exemple.
     

    Haehoo Choi

    Member
    Korean
    Est-ce que cet usage ne se pratique qu' à l'oral?? ou c'est aussi acceptable à l'écrit?
     
    Last edited by a moderator:

    Michelvar

    Quasimodo
    French / France
    C'est acceptable à l'écrit, mais c'est souvent le signe d'une construction pauvre.

    On utilise des structures pauvres à l'oral parce que, lorsqu'une phrase est dite, on ne peut pas la modifier. Si on a oublié une partie de l'idée qu'on voulait exprimer, on a tendance à ajouter un bout de phrase, parfois sans verbe, ou sans sujet, ou comme ici avec un complément tronqué, et l'auditeur mélange les deux phrases dans sa tête pour en tirer le sens.
    A l'écrit, on peut modifier la phrase pour tout y inclure.
     

    jekoh

    Senior Member
    Fr - Fr
    Par exemple il n'est pas correct de dire "j'aime beaucoup ton frère, tu viendras avec ?", même si cette structure, dérivée de l'allemand, se rencontre en Belgique ou en Alsace par exemple.
    Oui mais non, dans ce cas le sens n'est pas tu viendras avec lui, mais tu viendras avec nous.

    Voir [le début de ce fil].

    C'est peut-être familier mais les structures du messages #51 ne me paraissent pas plus « pauvres » que les équivalents avec complément, au contraire.
     
    Last edited by a moderator:

    Bezoard

    Senior Member
    French - France
    Par exemple il n'est pas correct de dire "j'aime beaucoup ton frère, tu viendras avec ?", même si cette structure, dérivée de l'allemand, se rencontre en Belgique ou en Alsace par exemple.
    Oui mais non, dans ce cas le sens n'est pas tu viendras avec lui, mais tu viendras avec nous.
    Pour moi, je comprends "tu viendras avec lui". La formule est donc ambiguë, sinon pauvre.
     

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Il faudrait qu'un Belge ou un Alsacien confirme, mais à mon avis on ne dit pas venir avec pour parler d'une tierce personne. Je comprendrais en tout cas comme Jekoh : venir avec = venir avec nous.

    Quoi qu'il en soit, dans un cas comme dans l'autre, je dois dire que je ne vois pas trop le rapport entre j'aime beaucoup ton frère et tu viendras avec nous/lui
     

    Bezoard

    Senior Member
    French - France
    Je ne parle pas d'un Belge ou d'un Alsacien mais d'un Parisien ! Si j'entends (et je l'entends bien sûr) à Paris " j'aime beaucoup ton frère, tu viendras avec ", c'est bien "tu viendras avec ton frère" que je comprends (mais que j'utilise peu, je préfère compléter "tu viendras avec lui").
    Au téléphone, avec l'hôtelier :
    Pardon, Monsieur, j'ai un chien, je peux venir avec ?
     

    jekoh

    Senior Member
    Fr - Fr
    Bien sûr, il s'agit de deux constructions bien différentes.

    L'exemple du message #52 n'est pas bon ; avec un exemple authentique comme celui du message #27 ("Je sors ce soir. Tu viens avec ?"), il n'y a aucune ambiguïté.
     
    Last edited:

    Michelvar

    Quasimodo
    French / France
    Oui, enfin, l'idée est quand même de répondre à la question de Haehoo Choi, pas de lui expliquer quelle question il aurait dû poser.

    Il pose la question de l'utilisation de "avec" sous une forme adverbiale remplaçant un complément circonstanciel de moyen, et il est naturel de lui expliquer que cet usage est en général réservé à des objets. Si on me dit "j'aime beaucoup ton frère, tu viendras avec ?", j'ai l'impression qu'on me demande de le ranger dans une mallette et de l'apporter avec moi.
     

    jekoh

    Senior Member
    Fr - Fr
    Certes, mais ce n'est pas du tout un usage qui « se rencontre en Belgique ou en Alsace par exemple », du moins pas plus qu'ailleurs.

    L'alsacianisme venir avec est une construction différente, qui a un tout autre sens.
     

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Je ne parle pas d'un Belge ou d'un Alsacien mais d'un Parisien !
    Dans ce cas je rejoins entièrement Michelvar : lorsque c'est une personne qui est sous-entendue, ce tour n'est pas du tout naturel pour moi. Bien plus, je le trouve peu soigné et à éviter. Seule la variante avec le complément complet (avec lui/nous) est pour moi de bon aloi.
     
    < Previous | Next >
    Top