we have bright to mind the fact that...

tandilense

Senior Member
Argentine Spanish
Bonjour à tout le monde,

N'ayant pas trouvé quelque chose de semblable dans la liste des fils de discussion, je voudrais savoir si j'ai bien compris l'expression et si elle pourrait être rendue en français comme je l'ai fait.

Contexte : séminaire en ligne sur le changement de culture d'entreprise.
This session will look at what we need to do, in terms of improving our communication, now that we have bright to mind the fact that we do actually have these conversations running in our heads.
Et mon essai :
[focus on the topic, don't translate context, no proofreading, rules 2 and 5]
maintenant que nous avons clarifié dans nos pensées le fait que [...]

En fait, ce qui me déroute, c'est que j'ai trouvé "bright" comme adjectif et les traductions qui en sont fournies ne me semblent pas tout à fait adaptées.

Je vous remercie de votre aide, surtout parce que c'est dimanche ! ;)
 
  • guillaumedemanzac

    Senior Member
    English - Southern England Home Counties
    The word bright is incorrect - typo or mis-spelling.
    The correct phrase is bring to mind - or in the past brought to mind. Now that we have brought to mind the fact that ......
    Usually we say: XXXX brings to mind the fact that YYY i.e. xxxx reminds us that yyy is possible. So there needs to be a causal effect between the first fact and the second.
    It could also be a mishearing or a mis-transcription of the "brought" because an upper-class British accent says "Braiyit" - which in context either means "bright" or "brought".:eek: - 'bright' as an adjective doesn't normally follow 'we have' = we have finished, we have done, we have said, we have bought, we have brought, we have fought etc etc.
     

    tandilense

    Senior Member
    Argentine Spanish
    Merci de votre réponse rapide, Keith Bradford. N'étant pas anglophone native, je ne pourrais pas vous répondre.

    En fait, il s'agit d'être conscient du fait que nous avons "deux conversations" en cours lorsque nous parlons à quelqu'un, particulièrement s'il y a un désaccord : la conversation réelle avec l'autre et celle qui a lieu dans notre cerveau avec ce que nous voudrions vraiment dire et que nous ne disons pas pour ne pas brusquer ou ne pas blesser ou ne pas rencontrer l'opposition de l'autre.

    Le texte complet met l'accent sur le fait que nous ne sommes pas généralement conscients de cette "conversation parallèle et cachée" qui se déroule dans notre cerveau. En lisant donc la phrase, cela m'avait fait penser qu'il s'agissait de jeter une lumière sur cette partie peu claire de notre comportement. Voilà pourquoi je n'ai pas remis en question "bright" ni pensé à "brought"...

    Merci également, Guillaumedemanzac. Ce n'est pas une transcription et la personne qui a écrit ce texte est anglophone native. Il se pourrait que ce soit une erreur de frappe, comme vous le dites.
     
    Top